vendredi 7 février 2014

Cigarettes Florida


Voilà,
pour continuer sur l'humeur du précédent envoi mieux vaut sans doute se contenter de petits riens comme le suggère la chanson. D'ailleurs ces billets régulièrement postés sur le net et les images qui les accompagnent en sont aussi à leurs façon. Ces simples moments de divertissement constituent une tentative d'exorciser la hantise du gouffre où pourrait s'abîmer une illusoire idée de soi. Ils ne sont que pour neutraliser l'inquiétude fatiguée de celui qui veut demeurer vigilant dans sa lente dérive à travers l'instable réalité. Oui "petits riens" comme ce mur photographié il y a longtemps à Alger, témoignant d'une réalité encore plus lointaine où, à la terrasse d'un café, on partageait entre amis des moments insignifiants. On buvait de l'anisette, on fumait des cigarettes Florida. Et l'on ne voulait surtout pas voir le monde changer, ou bien le voyait-on peut-être, mais en s'efforçant de ne pas y croire. Mais les colonies ont quand même bien fini par s'émanciper. Aujourd'hui c'est le modèle économique culturel et social de l'Europe qui se délite, et nous assistons résignés à cela en espérant que cela n'arrivera pas jusqu'à nous.

1 commentaire:

  1. A menudo la vida es eso, esos pequeños actos insignificantes, una conversación intranscendente, unas caladas al cigarrillo, unas risas con los amigos, el intercambio de unas miradas, un mundo de banalidades que con cierta perspectiva, nos han hecho como somos.
    Un abrazo,

    RépondreSupprimer