samedi 7 décembre 2013

Illuminations


Voilà,
un instant peut-être s'était-il pris à croire à l'illusion née de cette vision. Il était sans âge ou plus précisément à un âge où un tour de manège est une ivresse que l'on espère autant que l'on redoute. Cet ange de lumière voulait être son ami, il le sentait prêt à l'accueillir dans une étreinte chargée de promesses. Daniel Balochin n'était plus ce petit homme des foules errant dans le mensonge consumériste et inquiet de ses lendemains comme nombre de ceux qu'ils croisait là secrètement tourmentés par les perspective d'un plan social ou d'une imminente restructuration des services ne laissant rien augurer de bon. Elles étaient réconfortantes ces illuminations sur l'esplanade que balayait sèchement un petit vent froid et cinglant comme la remarque à lui adressée le matin même par le contrôleur financier quand il avait découvert une erreur dans le décaissement. Elles suggéraient que la joie peut éclairer le monde, que l'avenir est radieux et que c'est maintenant l'avenir, que l'actualité n'est pas si sombre puisque cela va cela vient cela clignote et que tout est mouvement, oui mais son aînée lui faisait la gueule les rares fois où il la voyait et le cadet passait son temps sur sa tablette et ne foutait plus rien à l'école. Quant à sa femme devenue distante et acariâtre, il préférait ne pas y songer. Marchant vers la station de métro il réalisa qu'il ne sentait même plus sa bite. Il plongea sa main dans sa poche oui elle était bien là toute petite il avait du mal à la trouver - tiens il n'avait pas mis sa clé USB dans son cartable, il devenait donc distrait -, il se tripota un peu, discrètement, de toute façon personne ne le remarquait, personne jamais ne l'avait vraiment remarqué. Il faudrait que tu te reprennes en main mon bonhomme songea-t-il, et cette pensée le fit tristement sourire. C'était le week-end, il pourrait souffler un peu, oui mais voilà il avait emporté des dossiers à la maison. Ça n'en finirait donc jamais ? "Courage" sembla lui dire l'ange de lumière vers lequel il se tourna encore un fois," allez à Lundi". "Pas sûr" répondit Daniel Balochin. Et il s'engouffra dans la station de métro. 

4 commentaires:

  1. Scénario d'un court métrage... dur et fort beau ton texte...comme la vie.
    Superbe photo!
    Un beso.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Interesting 'illuminations' to go with your image today Kwarkito.

    RépondreSupprimer