mercredi 12 juin 2013

Autrefois la blanche



Voilà,
sans doute les regrets viendraient-ils plus tard. Mais les motifs de contrariété s'étaient accumulés ces derniers temps. Céder ne serait-ce qu'à l'idée même de cheminer plus longtemps sous ces latitudes paraissait en l'occurrence dépourvu de sens. D'autres nécessités s'imposaient. Prévalait avant tout l'envie de fuir, d'échapper à tout ça, à cette sensation de déliquescence et de résignation que ce pays inspirait et plus particulièrement cette ville qui en maints endroits, malgré sa décrépitude, témoignait encore d'un charme passé à jamais révolu. Quelque chose ne s'était pas transmis. Comment aurait-il pu en être autrement ? Des gens étaient venus avaient aimé cette terre mais pas les indigènes qui s'y trouvaient depuis des générations. C'était aussi simple que ça. Il y avait eu bien des promesses et beaucoup de mensonges, mais pas d'amour. Juste une vague condescendance paternaliste teintée de mépris. Pas eu d'amour, et la déception s'était muée en ressentiment. L'histoire continuait de peser de tout son poids. Plus lourde toujours plus lourde, pour les générations venues après, ne leur laissant en partage que la honte et le malentendu. Inéluctablement, pour elles aussi, tôt ou tard, il y aurait un tribut dont s'acquitter. 

2 commentaires:

  1. Ton texte précis, lumineux, devrait figurer dans les livres d'histoire!: c'est bien le manque d'amour des gens qui explique le tout.
    Dans un tout autre contexte, j'y pense souvent ici où vivent des tas d'étrangers, 30% de la population des îles. Leur pouvoir d’achat est bien supérieur au nôtre, c'est bien leur seule supériorité, et ils ignorent, voire méprisent ou se moquent souvent des habitants...
    Bonne journée Kwarkito.

    RépondreSupprimer
  2. i think we are alive to love and if we do not, we fail. to think of this in terms of politics is interesting but of course, should be obvious. it should be the underpinning of all thought and all actions

    and yet, how disgusting we are preoccupied always with our egos.

    xo
    erin

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir