dimanche 30 septembre 2012

Les lieux poignants

Châteaudouble 1992, le jardin de Gérard Tiry
Voilà
je ne sais plus où j'ai entendu parler de ça, dans une émission de radio peut-être, à moins que je n'ai rêvé cette expression. Il était question des "Lieux poignants", ceux qui ne vous lâchent pas et reviennent parfois à la mémoire sans raison particulière. Non qu'au moment où on s'y trouvait l'on eût a révélation que la vie était d'une stupéfiante densité - ce qui peut arriver bien sûr - mais, souvent sans charme particulier, d'une grande banalité et en apparence totalement dénués de sens, leur souvenir s'immisce néanmoins dans certains moments d'ennui, au détour d'une phrase ou sur un chemin d'habitude cent fois refait. Je crois que c'est une des raisons (mais peut-être aussi à cause de cette boîte en fer blanc dans la bibliothèque familiale où s'entassaient des photos évoquant des lieux et des périodes d'un monde où je n'étais pas même une possibilité) une des raisons donc, pour lesquelles m'est venu le goût de la photographie. Certains clichés disent juste ceci : au lieu même de cette insignifiance qui peut-être émergera plus tard par intermittence quelque chose est en train d'advenir pour moi. Autant le fixer, le transformer en image, afin qu'il n'encombre pas la mémoire.

1 commentaire:

  1. "au lieu même de cette insignifiance qui peut-être émergera plus tard par intermittence quelque chose est en train d'advenir pour moi."

    .................... prodigieux !

    RépondreSupprimer