dimanche 20 novembre 2011

Sur le pont de Choisy un autre matin


Voilà
je m'amusais alors à faire danser les lampadaires. C'était ma façon à moi d'intervenir sur le monde. Tordre les perspectives suffisait à mon plaisir. Je vivais alors joyeux dans un rêve eskimo. C'était quand déjà ? Aujourd'hui, cette image me raconte tout autre chose. L'espace n'a plus la même densité, le temps s'affaisse. Les objets parlent une langue que je ne comprends pas. D'ailleurs la théière ce matin n'était pas très amicale. Je m'efforce de tenir ma place, mais je peine à reconnaître mon ombre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir