jeudi 15 septembre 2011

Laverie automatique


Voilà
les lieux désaffectés, vides attirent toujours mon attention. Mais j'ai une élection particulière pour les laveries désertes sans que je ne puisse d'ailleurs m'en expliquer la raison. Je ne les fréquente pas spécialement mais je trouve qu'il s'en dégage un charme singulier. Peut-être a cause des volumes cubiques et des hublots des machines... Robert Lepage au début de son spectacle "la face cachée de la lune" rend un bel hommage aux laveries automatiques et aux rêveries qu'elles peuvent susciter. Le personnage principal après avoir retiré son linge s'engouffre dans la machine, qui devient par un effet vidéo adroit, un sas reliant deux cabines spatiales, et par le hublot refermé on le voit flotter dans un espace devenu imaginaire, comme s'il était en apesanteur dans une station orbitale.

2 commentaires:

  1. J'en ai raté une super belle à Toulouse (unique jour où j'avais décidé de ne pas m'encombrer de mon appareil) entièrement taguée du plafond jusqu'au sol. Pendant une semaine j'ai essayé de retrouver cette rue en vain.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir