mardi 11 juin 2024

Un vénérable ancêtre

 
Voilà
c'est flagrant, les événements prennent un tour particulièrement inquiétant en France. La perspective d'une grande confusion dans les trois semaines de campagne électorale à venir, et d'un possible désordre après le 7 juillet paraît probable. Bien des masques tombent parmi les élites politiques depuis ce coup de poker de Macron qui a décidé ces élections anticipées pour reprendre la main. Le marigot politique est plus nauséabond que jamais. Cette accélération de l'histoire et le tour irrationnel que tout cela prend ont quelque chose de sidérant et cauchemardesque à la fois.
Ce matin, je n'arrivais pas à me concentrer. J'ai eu envie d'aller rendre visite au robinier du square René-Viviani dans le cinquième, non loin de la librairie Shakespeare et Company et de la cathédrale Notre-Dame dont la restauration avance bien. 
C'est le plus vieil arbre de Paris. Il est un peu de guingois et a besoin d'une grosse béquille. Bien que bancal,  et soutenu par une structure de ciment, il est pourtant en parfaite santé ! En fait il est devenu plusieurs arbres soudés au sein d'un tronc vestige, haut de 11 mètres dont les racines aériennes se développent à l'intérieur du tronc d'origine. Issus de sa souche et de ses racines ces surgeons ainsi conservés assurent son avenir
Semé en 1601 ou 1602 par le botaniste et arboriste du Roi Jean Robin (1550-1629) avec des graines, en provenance des montagnes des Appalaches, offertes par le naturaliste britannique John Tradescant l'Ancien (1570-1638) il appartient à la famille des Fabacées. En hommage à celui qui l'a planté, Linné l'a baptisé Robinier. Ils sont plusieurs à avoir été plantés à Paris. Un autre en 1601 place Dauphine désormais disparu, ainsi qu'un rejet de cet arbre semé par son fils Vespasien Robin au Jardin des Plantes en 1636, que l'on peut toujours voir. 
Quatre siècles donc qu'il se tient là. Toujours vivant avec ses faux airs d'acacia. 
Songer à tout ce qui, durant ce temps a été découvert, prêché, écrit, peint, sculpté, composé en musique, à tout ce qui a été procréé, massacré aussi, à la somme des conquêtes, des exodes, des civilisations, détruites...

6 commentaires:

  1. No solo el árbol se tuerce, parece que también la situación política en Europa pronto necesitará una buena muleta que evita que todo se vaya al traste.
    Un abrazo y mucho ánimo.

    RépondreSupprimer
  2. Over 400 years of giving. I send you a hug.

    RépondreSupprimer
  3. Le réconfort auprès d’un ancêtre, son souffle, survivre

    RépondreSupprimer
  4. I'm not sure any of our United States cities have trees from the early 1600's. It's amazing, too, that these seeds were brought over from our country. I didn't recognize it but I live in a more Northern climate. It has beautiful leaves.

    RépondreSupprimer
  5. This is an old tree and so beautiful at that. I think the macro environment is hard for all countries.
    I am glad you joined and shared with all of us. I will look forward to seeing you around, Arnaud. Thank you!

    RépondreSupprimer
  6. I have never heard of that old tree before, Thanks for sharing with Garden Affair.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires a été activée. Les commentaires ne seront publiés qu'après approbation de l'auteur de ce blog.

Publications les plus consultėes cette année