dimanche 23 février 2020

Des sensations qui sont comme des sommeils



Voilà,
Il est des sensations qui sont des sommeils, qui occupent comme une brume toute l'étendue de notre esprit, qui ne nous laissent  ni penser ni agir, et ne nous permettent pas d'exister clairement. Comme si l'on n'avait pas dormi de la nuit, il survit en nous quelque chose du rêve, et une torpeur de soleil diurne vient réchauffer la surface stagnante des sens. C'est une saoulerie de n'être rien, et la volonté est un seau renversé au passage dans la cour, d'un geste indolent du pied.
On regarde, mais on ne voit pas. La longue rue animée d'animaux humains, est une sorte d'enseigne couchée à l'horizontale, où les lettres seraient mobiles et n'auraient aucun sens. Les maisons sont simplement des maisons. On a perdu la possibilité de donner un sens à ce que l'on voit, mais on voit parfaitement ce qui est, cela oui. Fernando Pessoa in "Le Livre de l'Intranquillité"
Linked with Monday mural
linked with our world tuesday

7 commentaires:

  1. More food for thought... indistinct thoughts and half-perceived fancies. What is the yellow and red graffiti, that indistinct background to the ninja?

    best... mae at maefood.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. On regarde mais on ne voit pas. Je ne comprends pas

    RépondreSupprimer
  3. Si bien écrite/ décrite cette sensation d'opacité...Pessoa, encore et toujours!

    RépondreSupprimer
  4. Yes--- I am so worn out by trying to make sense out the state of affairs here, I find myself withdrawing more and more. I like your picture. Yakitori always sounds like a description of steaming pile of politics to me.

    RépondreSupprimer
  5. The last time I read Fernando Pessoa was in school. But that quote you mention is still contemporary.
    Thanks for participating Kwarkito.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir

Publications les plus consultėes cette année