dimanche 15 octobre 2017

Dernier Soleil


Voilà,
Ce beau dimanche d'Octobre 2016 au jardin du Luxembourg, où tant de gens étaient venus profiter du soleil, je me suis demandé, alors que j'en captais quelques image, si certains, parmi ces promeneurs s'en souviendraient plus tard. Un an après, l'été indien est de nouveau au rendez-vous. L'époque demeure encore relativement supportable, en dépit de ce sentiment de catastrophe larvée qui ne me quitte pas. Les désagréments et des inquiétudes qui me préoccupaient l'année précédente, je les ai oubliés, et d'autres auxquels je ne songeais pas ont assombri ce présent. À ce moment là, comme la plupart des français, je supposais que Juppé allait gagner la primaire de droite et s'ouvrir un boulevard pour être le nouveau Président de la République, ce qui n'avait rien d'enchanteur, et je n'imaginais pas un instant la possibilité que Trump gouvernerait les États-Unis. 
Rien ne s'est donc passé comme prévu, et il n'y a pas pour autant beaucoup de mieux. La vie continue, donc, avec ses désastres écologiques, le pouvoir toujours accru des oligarchies partout dans le monde, la répression policière en Europe de plus en plus sauvage à l'égard des réfugiés venus toujours plus nombreux d'Afrique et du Moyen-Orient, la destruction des classes moyennes européennes dont le niveau de vie ne cesse de baisser, la pollution atmosphérique, la recrudescence de maladies chroniques, l'apparition d'épidémies nouvelles, la multiplication d'actes de barbarie au cœur des démocraties occidentales, la menace de conflits régionaux provoqués par des dirigeants instables imprévisibles et névrosés bref, j'arrête la cette énumération vous pouvez toujours la continuer comme l'a écrit Michaux, dans "L'époque des illuminés", car moi-même je ne me sens pas au mieux. 
Je ne trouve pour ma part que peu de motifs d'espoir et de raisons de me réjouir. Il me semble de plus en plus souvent que nous avons atteint ce moment où l'humanité finit par céder à ce tropisme qui l'entraîne, vers la chute, l'anéantissement, le ravage, en dépit de toutes les grandes œuvres que l'intelligence humaine a pu réaliser. L'hypothèse selon laquelle la beauté sauvera le monde comme le proclamait un personnage de Dostoievski, paraît plus improbable que jamais quand ce siècle semble s'enfoncer dans le chaos et la sauvagerie. En attendant, et faute de mieux, soyons moderne, bricolons dans l'incurable comme le recommande Cioran, dansons au bord du gouffre et du souvenir des jours heureux, tâchons de faire notre miel.

3 commentaires:

  1. Oui, mais...Les "petits bateaux sur l'eau nagent,nagent, nagent..." encore cette année sur le bassin et ailleurs l'océan continue de rouler ses vagues (et à rejeter sur le sable, algues, coquillages et bouteilles en plastique)

    RépondreSupprimer
  2. Great photo. Having plans are so easily changed!

    RépondreSupprimer
  3. indeed these are times we never imagined possible...but...these small moments of beauty always help :))

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir