lundi 27 février 2017

La solution classique, éprouvée.


Voilà,
"L'humanité ne m'intéressait pas, elle me dégoûtait même, je ne considérais nullement les humains comme mes frères, et c'était encore moins le cas si je considérais une fraction plus restreinte de l'humanité, celle par exemple constituée par mes compatriotes, ou par mes anciens collègues. Pourtant en un sens déplaisant, je devais bien le reconnaître, ces humains étaient mes semblables, mais c'est justement cette ressemblance qui me faisait les fuir ; il aurait fallu une femme, c'était la solution classique, éprouvée, une femme est certes humaine mais représente un type légèrement différent d'humanité, elle apporte à la vie un certain parfum d'exotisme.". J'ai trouvé ces quelques lignes dans le dernier livre de Michel Houellebecq, "Soumission" dont la fable de politique fiction ou d'uchronie est une pochade plutôt ratée, dont rétrospectivement on comprend assez mal le tintouin qui en a été fait. Ou plutôt on réalise à quel point, cet auteur et sa production sont devenus un produit marketing, qui à ce titre, a rencontré son époque avec le massacre du 7 Janvier 2015,  jour de parution de ce livre, quand fut décimée la rédaction de Charlie-Hebdo, et tués des citoyens français d'origine juive dans un hypermermarché casher par des extrêmistes musulmans. Mais restent cependant quelques passages tout à fait réjouissants quand il évoque les universitaires, parle de Huysmans, ou encore lorsqu'il décrit les comportements de son héros, frustré dépressif misanthrope et sexiste. En fait une fois de plus, il brille surtout par sa description cynique de ce qui régit les rapports des hommes et des femmes dans la France de ce début de millénaire (d'où cette image de couple pour illustrer cette publication) et par la peinture des relations professionnelles entre "collègues" ou "collaborateurs". J'en citerai vraisemblablement d'autres dans les semaines à venir.

5 commentaires:

  1. I know it's not what you have in mind, but once again I am reminded of Manet's famous picnic... Only the participants do not seem to be nearly as happy. I may not always understand, but I always find much to see in your posts. Besides faces.

    RépondreSupprimer
  2. Voilà un temps que je ne passe par ici, toujours aussi bien. Houellbecq, oui. Je l'aime en sociologue, comme dans cet extrait.
    Merci Kwarkito, un besito

    RépondreSupprimer
  3. Houellebecq : je ne te répète pas. C'est ça et c'est pas ça. Déjà je n'aime pas son "style". Mon commentaire est que je me sens en amitié avec ce que tu dis. A lire la suite, si je comprends bien. Sans urgence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour ma part j'aime beaucoup son style. il est souvent très drôle et pertinent. je l'ai même vu en excellent acteur dans near Death Experience de Kervern et Delépine où il interprète une version ratée de lui-même, c'est à dire en chômeur vaguement alcolo qui fait du vélo. il y est même formidable.

      Supprimer
    2. Bien reçu. Faut que je relise... en continuant. Un peu léger le mec sur ce coup-là. Amen !

      Supprimer