mercredi 8 février 2017

Basculer dans un abîme de vide mental : je pieuvre


Voilà,
"Dans le vertige physique, le monde extérieur tournoie autour de nous ; dans le vertige moral c'est notre monde intérieur qui tournoie. J'eus un instant l'impression de perdre la conscience des véritables rapports entre les choses, de ne plus comprendre, de basculer dans un abîme de vide mental. C'est une sensation horrible qui frappe d'une peur démesurée. Ces phénomènes deviennent fréquents. Ils semblent jalonner ma route vers une nouvelle vie mentale, qui sera naturellement la folie. (Fernando Pessoa - Fragments d'un voyage immobile)

1 commentaire:

  1. le verbe pieuvrer ne se conjugue pas et ne se tentacule pas non plus ! mais il fait un peu peur tout de même ...

    RépondreSupprimer