samedi 22 octobre 2016

All Blacks


Voilà, 
Le sens du mouvement, l'audace, la puissance, la vélocité, la cohésion et cette immense confiance partagée telle que chacun peut à quiconque passer le ballon sans regarder son partenaire. La solidarité dans toutes les phases de la rencontre, l'harmonie dans la transmission ; ces hommes font d'un jeu un art. Ils donnent toute sa beauté à ce geste paradoxal qui consiste à aller de l'avant en se passant la balle en arrière quand des adversaires déterminés s'emploient à vous en empêcher. Parfois ils déferlent comme une meute terriblement organisée et impitoyable, d'autres fois ils semblent légers comme des anges. Peut-être sont-ils en train de transformer l'affrontement en un rituel. Ils ne combattent plus l'adversaire, ils l'utilisent pour se surprendre eux-mêmes, s'épanouir dans la grâce de l'instant et inventer des formes, des trajectoires, des assauts inédits. Je les regarde avec émerveillement. Elle est l'âme de tout un peuple cette tribu vêtue de noir et sous ces latitudes lointaines rudes et sauvages ceux qui la composent en sont les héros, Je me souviens la première fois où j'ai entendu parler d'eux. C'était en novembre 1967 au CES de Parentis-en-Born, j'étais alors en sixième. Nous avions cours de gymnastique un samedi après-midi sur deux. Cette année là, les Blacks étaient venus jouer en Novembre au stade de Colombes et le match avait été retransmis à la télévision, commenté par Roger Couderc qui a fait, avec son accent rocailleux du Sud-Ouest connaître et aimer le Rugby en France. Notre prof de Gym, monsieur Gallin, souhaitant regarder le match avait fait installer un poste TV dans les vestiaires du stade afin de nous donner selon ses propres termes "un cours théorique". D'ailleurs après le match nous avions dû reproduire certaines phases de jeu qu'il avait mis en évidence pendant la retransmission. Je me souviens que nous nous étions ensuite entraînés à faire des "mauls" après la récupération de la balle en touche (un maul commence lorsqu’un joueur portant le ballon est saisi par un ou plusieurs adversaires et qu’un ou plusieurs coéquipiers du porteur du ballon se lient à ce dernier. Un maul implique par conséquent quand il commence au moins trois joueurs, tous sur leurs pieds : le porteur du ballon et un joueur de chaque équipe. Tous les joueurs participant au maul doivent être dans le maul ou liés au maul et sur leurs pieds et avancer vers une ligne de but). Les All Blacks avaient à l'époque la réputation d'être imbattables, et en effet c'est une période où l'équipe a enchaîné 17 matches victorieux. L'équipe qui a ce matin battu l'Australie en est à sa dix-huitième victoire consécutive. Il est possible qu'elle ne s'arrête pas en si bon chemin.

1 commentaire: