jeudi 1 mai 2014

À ce point tout de même


Voilà,
j'étais plutôt circonspect à l'époque. J'ai toujours pressenti dans les enthousiasmes populaires les lendemains qui déchantent. Très tôt j'ai fais mienne cette formule de Bob Dylan "Don't follow leaders", et je m'y suis tenu. Il fallait se débarrasser d'un crétin egomane et hystérique. Mais bon un con chasse l'autre. Arrive avec son style. L'incompétence demeure. Le mépris des citoyens aussi. Je ne pensais quand même pas que ce serait à ce point. Même si très vite j'ai eu des doutes. Et si ce qu'il se passe aujourd'hui n'était que la confirmation de ce que je redoutais ?

3 commentaires:

  1. kwarkito, j'ai cliqué sur "plutôt circonspect" , et à lire le simple et beau texte de ce jour-là, je me suis rappelé un mot de mon ami Dominique Autié, assez radical : " Toute joie me rend triste. ". Moi, ça dépend. Si j'ai fait du théâtre à 20 ans, c'est peut-être parce que j'ai été vraiment trop perdu avec les autres, à de précédents âges critiques. Mais c'est loin. Oh, tout ça m'emmène loin... J'allais laisser de côté la politique. Bon, courage, il ne faut pas trop nous en vouloir non plus. C'est comme le nuages qui ne ressemble déjà plus à un éléphant quand on le montre à l'autre. On a aimé les Stones en étant mao, puis situationniste, puis anar et gna gna (enfin je parle pour moi, et je résume). Quand je vois mon fils hier et demain, je me et lui pardonne. Aujourd'hui les autres iraient au djihad ou se "crackeraient" d'une manière ou d'une autre. Je pense qu'à la suite de ce que tu exprimes, il nous faut remercier le signal d'alerte d'une famille sensible et nécessairement éclatée : ceux dont la seule joie possible ne marche pas au sifflet et au nombre. J'en dirais plus; mais heureusement la nécessité me limite. Vive le rugby à 13 seulement. Non... amitié.

    RépondreSupprimer
  2. Comment s'étonner que le peuple français, dans sa très grande majorité, a les politiques qu'il mérite ? L'incompétence de nos gouvernants est le simple reflet de l'incompétence du peuple. Bon, je vous dis ça du Brésil où il y a quelques années 80% des citoyens s'avouaient corrompus. Quatre-vingt pour cent. Ces mêmes citoyens qui se plaignent que l'immense majorité des politiques sont corrompus. Quelle farce !
    C'est une révolution culturelle que les peuples, en France ou au Brésil ou ailleurs encore, ont à mener. Et pas une révolution culturelle à la chinoise. Autant dire qu'ils ont tout à inventer !

    RépondreSupprimer