vendredi 9 mai 2014

Traversé


Voilà,
parfois la nuit te disperse vers d'autres lieux, le matin me réveille où je ne suis pas
des mondes m'ont traversé, des spectres frôlé ton corps
et c'est en vain qu'entre songe et chimère on cherche à s'affranchir de l'informe fardeau du jour qui point.

4 commentaires:

  1. Toi, que te dire ? Et je suis pas pédé. Voilà.je crois voir parfois où nous croyons voir ensemble, tiens, tu te rappelles ces deux minces cirrus ? Bref, c'est magnifique pour le monde d'avoir kwarkito qui sait, lui, d'avoir fait d'un instrument nouveau un art. Comme Mozart avec un pianoforte dans les mains. Moi c'est plutôt Rameau avec un clavecin quand c'est l'instrument qui se fait vieux mais qui reviendra. Oui, magnifique.

    RépondreSupprimer
  2. Et j'ai honte de ces pauvres mots compliqués après les tiens et leur image.

    RépondreSupprimer
  3. d'abord, j'aime l'image ! si c'est un rêve il est coloré, si c'est un début de jour
    il faut secouer les couleurs pour faire un cocktail de rêve !
    et avec ça je te souhaite un beau weekend Kwarkito

    RépondreSupprimer
  4. J'y reviens, kwarkito, parce que c'est vraiment beau et que j'ai si peur de l'absence de la mémoire. Si peur de l'éphéméride, quand nous laissons des traces.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir