samedi 11 août 2012

Chemin faisant

Voilà
c'est la fin de l'après midi, presque le début de la soirée, enfin bref entre six et sept heures. Rue St Jacques, j'aperçois une cour pavée, j'y entre. J'en profite pour rappeler ma fille qui m'a laissé un message. Sa joie fait plaisir à entendre. Elle me dit que tout va bien, qu'elle a fait du canoé dans la journée et qu'elle s'est beaucoup amusée. Face à un mur où des naïves peintures ont été exécutées à même la pierre, j'imagine un instant ce que cela aurait été si j'avais pu l'accompagner dans cette excursion. Tout en regardant ces intrigants motifs je sais que désormais ils seront toujours associés à cet instant où j'ai intensément eu envie d'être près d'elle.






Un peu plus tôt sur le chemin, j'ai été intrigué par cet homme l'air béat, immobile debout, appuyé sur son bâton et adossé au mur, face au soleil. Ma foi, il avait l'air bien content d'être là. Jai songé un instant à cette série de photos de Wim Wenders dans son livre "Une fois", sur celle qu'il surnomme l'adoratrice du soleil, et je n'ai pas pu m'empêcher de faire moi aussi un petit shoot avec l'I-phone, faute de mieux. Comme alors il a ouvert les yeux, je n'ai rien trouvé d'autre à dire que "c'est le bon endroit et la bonne heure pour prendre le soleil "Oui" m'a-t-il répondu "et en plus je suis en train de prier". "Aaah! c'est sûr c'est encore mieux", ai-je fait, pris au dépourvu, et je suis reparti. J'aurais pu répondre quelque chose de plus subtil tout de même


2 commentaires:

  1. Kwarkito, je ne désire à peu près rien lire d'autre qui soit autre que vous. Je me trouve bien réactif et bien grandiloquent, j'ignore si je vous mérite, mais au moins je vous ai trouvé.

    RépondreSupprimer
  2. rassurez moi, ce n'était pas vous l'homme contre le mur :-) Sinon, je ne crois pas que quiconque puisse me mériter, C'est une idée qui me paraît bien étrange... il faudrait m'en dire un peu plus la dessus.... vous écrivez que vous m'avez trouvé pourtant je suis en totale perdition

    RépondreSupprimer