mardi 31 juillet 2012

Un trou dans le temps



Voilà
"Ceci est l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance. La scène qui le troubla par sa violence et dont il ne devait comprendre que beaucoup plus tard sa signification eu lieu sur la grande jetée d'Orly quelques années avant le début de la troisième guerre mondiale" ... "Rien ne distingue les souvenirs des autres moments, ce n'est que plus tard qu'ils se font reconnaître à leurs cicatrices" ("La jetée" un photo roman de Chris Marker). Parce que nous étions précisément à Orly, - lieu qui semblait fascinant au début des années soixante -, j'ai parlé de ce film il y a une semaine à ma fille, lui expliquant que c'était parmi l'un des plus beaux que j'avais vus. J'avais alors dix sept ans, et je me souviens de l'effet de sidération produit par ce montage, ce récit d'un énigmatique futur antérieur autant qu'intérieur, et  par la musique de Trevor Duncan, et aussi de l'impact provoqué par la seule image animée du film. J'y retrouvais bien des angoisses de mes années d'enfance, celles liées à la guerre froide, à la course aux armements nucléaires, à l'affrontement des deux blocs, et aux images de destruction massives qui me hantaient alors.


Mais ce film fit aussi ressurgir d'autres fantômes me racontant autrement une histoire déjà connue de moi seul. Bien des années après, j'y ai de nouveau songé dans les sous-sols de Chaillot, ceux-là même où, est il dit dans le film, les survivants s'établirent. Pourtant c'est par un jour de grand soleil que j'ai découvert ce film, associé aussi au bonheur adolescent d'un premier amour. Le revisionnant je suis stupéfait par ces phrases qui se sont peut-être imprimées en moi à mon insu. "Un trou dans le temps et peut-être y ferions nous passer des vivres, des médicaments, des sources d'énergie"ou bien "la police du camp épiait jusqu'aux rêves". Paradoxalement ce court métrage, quoique composé  de plans fixes et de photogrammmes demeure pour moi l'essence même du cinéma. Quelque chose de trouble et d'énigmatique le parcourt, et conserve un étrange pouvoir même encore aujourd'hui. Son auteur s'en est allé. Il vivait depuis quelques années sous le signe du chat. Guillaume je crois.


2 commentaires:

  1. La Jetée is one of my favourite works of all time.

    RépondreSupprimer
  2. Ici aussi du texte qui complète bien les images !
    Merci à Nicolas qui a eu la bonne idée de mettre un lien vers votre blog et qui a su appâter le chaland avec ses commentaires.
    Presque la même expérience avec La Jetée et le passage animée que j'attends avec fébrilité à chaque visionnage. Mais, je crois que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas.
    J'en profite pour faire un lien vers les site d'Alexandre Kha un autre amateur de CM et illustrateur.
    Il faut absolument que vous lisiez son livre L'attrapeur d'images sorte d'histoire en petites vignettes de la vie de Chris Marker. (si vous ne le connaissez pas déjà…)
    à un de ces jours. CL

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir