lundi 9 juillet 2012

Boulevard Montparnasse une autre Macha


Voilà
cette jeune fille, ou cette jeune femme je ne sais pas trop, aperçue lors de la Gay Pride sur le boulevard Montparnasse je ne voulais pas la perdre, perdre sa présence, le souvenir de son intense présence qui, une fraction de seconde, a éveillé quelque chose d'enfoui et d'inexplicable. Je l'ai vue d'abord comme une figure de l'époque, un signe une énigme et soudain elle m'a offert ce regard, cette expression, contre son gré peut-être, mais elle ne m'a pas insulté ne m'a pas chassé. Je lui suis reconnaissant pour cet instant ce regard et ce visage qui m'émeuvent sans raison, ou au-dela de toute raison, qui suggèrent à la fois une grande détermination et une vague détresse. Dans la première photo tout de cette silhouette me plaît et m'intrigue. Voilà pourquoi je la cadre. Qui est elle ? quelle âge a-t-elle ? Il me semble qu'elle porte un appareil photo en bandoulière, j'imagine qu'elle est peut-être artiste et aussitôt elle me semble moins étrangère. Au moment de la photographier je la pense adolescente. Je n'en suis pas si sûr à présent. Peut-être alors me suis-je souvenu de ce jeune homme tout de noir vêtu qui se fardait les yeux au khol et portait en pendentif une vertèbre humaine ramassée dans un cimetière abandonné. Celui qui lisait Nerval, Baudelaire, Lautréamont, mais aussi les poètes du manifeste électrique aux paupières de jupe, qui aimait les dessins spirites de Victor Hugo et avait lui aussi des velléités d'artiste et des idées sombres. Sur la deuxième photo je découvre son visage, avec ce mélange de défi et de désarroi. Quelque chose qui me semble très mélancolique. Je songe à présent à Barbara, au "mal de vivre", à Macha dans "La mouette" de Tchekhov, oui c'est elle aujourd'hui Macha "je m'habille en noir parce que je porte le deuil de ma vie". J'aime cette photo, et cette fille que je ne connais pas, je voudrais qu'elle soit heureuse, qu'elle aille au bout de ses rêves et qu'elle trouve un jour les bonnes chaussures pour, d'un pas léger, voyager de par le monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire