samedi 21 juillet 2012

Errance(s)


Voilà
en fait il n'a pas vraiment choisi d'être parmi le public C'est le hasard qui l'a poussé là cette fin d'après midi  Mais cet homme sur scène son chant lui serre la gorge l'écorche de souvenirs   Tant de souvenirs  Puis monte l'angoisse  Trop seul dans la foule Alors il déserte vieil enfant  Mais va doucement marche à petits pas très lents très lents  S'efforce de sourire pourtant  Vieux gamin qui n'en a toujours pas fini de chercher son chemin  Ne sait si ses pas le mènent vers rien ou l'attirent vers pire  Chagrins d'un autre âge  Sensations de naufrage  Ne voit plus bien maintenant  Yeux sombres  Fatigué marche comme une ombre  Alors s'enferme au cinéma  Ne voyage plus que comme cela désormais




Plus seul que seul dans la salle surchauffée  Content tout de même qu'on dépense tant d'argent rien que pour lui  D'un certain point de vue bien à l'abri tranquille peinard  Probabilité quasi nulle qu'un dingo vienne massacrer une foule ici  Ou alors c'est qu'on lui en voudrait personnellement il serait l'humanité à lui tout seul  La bonne blague ah la bonne blague  Du temps passe  Des récits s'enchevêtrent dans des images  Le transportent vers un ailleurs poétique  Lui font un temps oublier ce qui le tourmente  Puis sortir faut bien finir par sortir de "la nuit d'en face"  De nouveau la rue même rue si souvent remontée autrefois téléphone à l'oreille  Remontée en parlant pour murmurer des mots tendres à celle qu'il avait laissée dans un lit qu'il n'aurait jamais du quitter  Si peu de nuits avec elle  Mais il y avait l'enfant qu'il voulait retrouver au matin  Si loin tout ça pourtant blessure toujours suppure  Elle sous d'autres cieux l'a oublié  Mais l'enfant jeune enfant chaque jour lui dit son bonheur d'être près de lui alors pourquoi geindre


Et puis soudain vision étrange vision de cette voiture de sport très old fashion avec ce panneau de circulation dépassant de l'habitacle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire