mardi 1 mars 2011

Le diable


Voilà
hier, au théâtre du Rond Point, projection du film d'Olivier Meyrou, "l'avocat du diable", en présence de Richard Delgenes avocat commis d'office pour défendre Monique  Ollier la compagne de Fourniret, violeur et tueur en série. L'effroi suscité par ces pages écrites de la main de Fourniret d'une calligraphie précise, propre, élégante même. Phrases concises, claires, où il détaille par le menu ses crimes. Ou bien, billets glissés pendant l'audience dans lesquels il demande des piles pour son transistor, alors qu'un avocat de la partie civile parle de l'une des jeunes filles violées. Evocation aussi des familles des victimes. Où l'on apprend que certains pères de familles avaient eux même eu des relations incestueuses avec leur filles. Autre anecdote encore : à un des parents de victime qui s'est adressé à lui de façon véhémente, Fourniret de répond pas pas immédiatement.  Mais plus tard, s'adressant à lui il dit "Monsieur pour votre fille vous pouvez imaginer le pire".
Souvent, me promenant dans la rue, je me demande combien de détraqués, de pervers, de violeurs de types qui battent leur femmes, de meurtriers en puissance ou en acte on peut croiser sans même savoir ....  Je n'ignore pas non plus qu'un tortionnaire peut aussi faire de la broderie.

2 commentaires:

  1. Cette photo est aussi noire que la question finale.

    RépondreSupprimer
  2. plus d'un an que tu fais ça et tu n'en parles que maintenant ? Et avec des précautions de jésuite en plus !!!
    ça me plaît beaucoup. pourquoi tu t'angoisses à ce point sur l'écriture ? ça va de soi. Continue,
    Thierry

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir