samedi 27 avril 2019

Le Général et son épouse


Voilà,
c'est aujourd'hui le cinquantième anniversaire de la démission du général De Gaulle après le référendum perdu de 1969. Il mourut un an et demi plus tard, période durant laquelle il avait entrepris ses "mémoires d'Espoir" demeurés inachevés. Je me souviens avoir appris son décès alors que j'étais en troisième. Quelqu'un (un autre prof ou un surveillant) était rentré dans la classe pour l'annoncer au creux de l'oreille à Monsieur Brunel notre prof de français qui avait esquissé un petit sourire. J'avais entendu car j'étais au premier rang et mon pupitre était collé contre l'estrade. Je me rappelle aussi que j'avais vu une partie de ses obsèques sur un écran de télévision au rayon électroménager du Bon marché, qui était encore à l'époque un magasin populaire. J'ai très tôt et très bien su imiter le Général De Gaulle. Quand j'étais petit en Algérie, et encore maintenant. Je suis très bon aussi pour imiter, Jean-Luc Godard et François Mitterrand, mais c'est une autre histoire. La statue je l'ai photographiée en décembre 2015 à Calais. Je crois que Madame De Gaulle (celle que "Le canard enchaîné "surnommait "Tante Yvonne") était originaire de cette ville. 
Je me souviens aussi de ce rêve fait autrefois au siècle dernier dans les années 80, et que j'ai retranscrit. Le voici : "une fois, j'ai rencontré le général De Gaulle et sa femme, assis, parmi de rares voyageurs tout au fond d’un wagon de train de banlieue. Personne d’autre que moi ne semblait les reconnaître. Yvonne avait le chignon chancelant, elle semblait préoccupée, et comme bien des vieillards en voyage, paraissait un peu égarée. Sans doute ai-je une mine qui doit inspirer confiance, car elle s’est approchée de moi et m’a fait part de son inquiétude. Elle se demandait si la station où ils devaient descendre n’était pas déjà passée. Je lui ai répondu que c'était la prochaine et que je lui ferai signe. Lorsqu'ils se sont dirigés vers la sortie j'ai regardé les mains du grand vieillard. Je voulais savoir à quoi ressemblaient ces mains qui avaient fait l’histoire. Il a dû s’en apercevoir car, d’un geste auguste et détaché il a tendu la droite sans mépris ni affectation. Alors je l‘ai serrée en silence, puis il est descendu". Linked with the week-end in black an white)

14 commentaires:

  1. Anyone who can imitate De Gaulle, Mitterrand, AND Jean-Luc Godard is a remarkable human being. WWII was a time for larger than life leaders. Ike was the last honorable Republican President. But that has little to do with your memory. I hope your Sunday is good.

    RépondreSupprimer
  2. Merveilleuse rencontre, même si en rêve. Et peut-être plus encore, car dans les plis et replis des rêves.

    RépondreSupprimer
  3. ...when I was younger I remembered General De Gaulle.

    RépondreSupprimer
  4. He came to my school, in 64 or 65, I vaguely remember him patting my head, and me thinking: he's a giant!

    RépondreSupprimer
  5. I also remember General De Gaulle, but then I'm older than dirt. They are just strolling along here.

    RépondreSupprimer
  6. He was certainly larger than life, I was sad at his passing. A fine statue beautifully photographed. I like the reflection in the wet ground.

    RépondreSupprimer
  7. This is a beautiful artwork beautifully photographed very lifelike

    RépondreSupprimer
  8. The location of the statue seems kind of weird ... interesting !

    RépondreSupprimer
  9. Beautiful capture and lovely story to match!

    RépondreSupprimer
  10. Nicely composed! I like how the foreground leads your eye to the statues...

    RépondreSupprimer
  11. I enjoyed your narrative and it's a nice shot - good composition brings them to life

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir