mardi 30 janvier 2018

Tombe de Cesar Vallejo

Poète déclamant sur la tombe de Cesar Vallejo

Voilà,
passant samedi dernier par le cimetière Montparnasse pour rentrer chez moi, j'ai consulté le plan avec les tombes des célébrités et j'ai découvert à ma grande surprise que Cioran y était enterré. Alors que je cherchais l'emplacement de son caveau sans toutefois pouvoir le trouver, non loin de là je perçus un grand vacarme. Très exalté et avec une emphase qui me parut plutôt ridicule, un péruvien au visage simiesque déclamait en espagnol des poèmes de Cesar Vallejo près de sa sépulture. A ses côtés, la femme qui l'accompagnait mimait parfois certains vers, agitant les mains et faisant des mines avec son visage.  Quelqu'un les filmait. A un moment, l'homme perdit sa page à cause d'un coup de vent, et il fallut recommencer la prise.

8 commentaires:

  1. "Péruvien au visage simiesque" : vraiment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah oui, vraiment. Péruvien parce que c'est écrit sur son écharpe, simiesque parce que je trouve vraiment qu'il a une tête qui évoque celle d'un singe. Et il n'y a là rien de péjoratif. Donc je maintiens ce que j'ai écrit, sauf si l'on me propose mieux. D'ailleurs, de façon générale, même s'il en existe de nombreuses espèces, j'ai de la sympathie pour les singes. Ma préférence allant aux orang-outang dont le doux regard et les gestes lents et amples me bouleversent.

      Supprimer
    2. J'éprouve aussi une préférence pour les orang-outans (ou orang-outangs -- mes dictionnaires sont capricieux !). D'ailleurs il est dommage que nous ne leur ressemblions pas un peu plus. Nous serions mois agressifs.

      Supprimer
  2. Même en première lecture, j'ai pensé que vos commentaires étaient descriptifs, pas purjoritifs... Et je suis d'accord sur les orangoutans....

    RépondreSupprimer
  3. il s'en passe des choses dans ce cimetière !

    RépondreSupprimer
  4. Peut-être récitait-il ces vers:

    Me gusta la vida enormemente
    pero, desde luego,
    con mi muerte querida y mi café
    y viendo los castaños frondosos de París
    y diciendo:
    Es un ojo éste, aquél; una frente ésta, aquélla...

    (extrait de: Hoy me gusta la vida)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et je répète / tant de vie et je pousse toujours la chanson / tant d'années et toujours toujours toujours...
      Non je ne crois pas que c'était celui-ci. Quoiqu'il en soit l'hommage était tout e même très appuyé.
      merci Colo pour ces quelques vers. je suis certain que tu dois les dire avec délicatesse...

      Supprimer
  5. Well that would have been an unexpected surprise for you Kwarkito.. wether good or bad I'm not sure 😀

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir