jeudi 30 avril 2015

Une Proie facile


Voilà,
C'est un moment étrange dans un lieu sans grâce. Il ne comprend pas trop ce qu'il se passe. Cet éblouissement, ce vertige furtif et ces fourmillements dans le bras. Songe que cela pourrait être l'instant où jamais. La silhouette imprécise derrière l'opaque paroi de verre de l'abribus telle une proie facile. Personne alentour. La lame effilée dans la poche. Des années qu'il ne l'a pas fait, et depuis quelques temps de nouveau ça l'obsède cette envie. La dernière fois c'était au cœur d'un été. Ce clochard. Si simple cela avait semblé si simple. Comme autrefois lorsqu'il égorgeait les volailles à la ferme. Il avait ensuite passé la fin de l'après-midi dans un sauna gay et il avait joui des humiliations qu'il était venu y chercher. La nuit tombée, il avait ensuite longtemps marché d'un pas allègre par les rues moites et désertes de la ville dépeuplée. Il s'était alors senti léger, habité par un sentiment d'impunité et de puissance qu'il n'avait jamais connus. Malgré les odeurs de détritus et d'urine que la chaleur rendait plus tenaces, il lui avait semblé avancer dans l'évanescente densité d'un rêve. Désormais il serait dépositaire d'un secret et d'une mission : ne jamais se faire prendre.
Aussi, à cette heure particulière du jour et dans l'éclat singulier de cette lumière Loïc Picardan hésite : peut-être n'est-ce pas vraiment raisonnable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire