jeudi 3 avril 2014

Le fumeur de Chicha


Voilà,
parfois au détour d'une rue il pouvait éprouver tout à coup la sensation de marcher dans une ville étrangère. C'est à cela qu'il avait songé en sortant de ce bistro où il avait bu un sirop jaune paille au goût vague de citron mais de cela il n'en était plus vraiment certain. La patronne n'avait alors cessé de se confondre en excuses parce qu'elle lui avait un peu tardivement servi sa consommation, et Benoît Savagnin lui avait bêtement souri pour la remercier, mais peut-être aussi pour dissimuler sa gêne tant l'enthousiasme que manifestait l'écrivain à la mode en lui vantant les mérites d'une machine à écraser les steaks découverte lors d'un récent voyage à New-York, lui paraissait disproportionné. C'était, selon lui un truc phénoménal, bien qu'il ne comprenait pas pourquoi les steaks ainsi aplatis s'appelait des "deep burgers" et en effet c'était tout à fait incompréhensible. Puis la conversation avait glissé sur les derniers films à l'affiche, mais trop brièvement car il avait fallu se séparer. Benoît Savagnin craignait d'arriver en retard à la répétition publique d'un spectacle dont il ignorait tout, bien qu'il en fût l'un des protagonistes. Dépêche toi semblait lui souffler l'homme à la chicha, on n'attend plus que toi. Et il pressa le pas.

1 commentaire:

  1. J'aime beaucoup votre blog! Le fumeur de chicha est mon préféré :)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir