mercredi 6 juin 2012

S'oublier

  

Voilà
lorsque les images surgies de la nuit ont une trop effrayante puissance de suggestion, que les rêves tissent de funestes récits qu'on aurait préféré ne jamais connaître, mieux vaut s'oublier dans la paix des formes pures et trouver refuge dans les paysages qu'offre la matière, complexe en ses détails.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire