dimanche 22 mai 2022

"J'ai plus d'une corde à mon art"


Voilà, 
depuis le début des années 80 les pochoirs de la street-artiste Miss-Tic, qui ce weekend a quitté le monde des vivants, font partie du paysage parisien, y apportant une touche de poésie. Celui de gauche a été repéré en Avril 2020, dans le sixième arrondissement vers la rue Mazarine je crois, l'autre se trouve dans ma rue. C'est dans le quatorzième arrondissement où je vis qu'elle a réalisé sa première intervention. Sa signature, elle l'a trouvée dans un vieil album de Picsou. C'était le nom dont elle a retranché une lettre de la petite sorcière qui veut toujours s'emparer du sou fétiche du vieil oncle radin. D'arrondissements en arrondissements, préférant les ruelles peu exposées aux boulevards, elle essaimait ses dessins en noir et blanc, représentant des filles sexy souvent dans des attitudes plus ou moins provocantes portant des robes fourreau,  des décolletés, ou des porte-jarretelles. Un texte lapidaire les accompagnait jouant la plupart du temps sur les mots (et pour cela intraduisibles) : "Chair amie, Tes griffes me coulèrent dans le ventre, J'en miaule encore" ou bien "J'ai le mal de taire et mes ailes en réclament encore". Parfois les messages semblaient plus intimes, comme des appels: "Je suis bien seule", ou : "Bricole-moi un été", "J'aime l'inconnu et les inconnus", "Fais de moi ce que je veux", "Je laisse à désirer", ou encore celui que j'ai photographié "la solitude est la rançon de la lucidité".  
Je me réjouissais de découvrir au gré de mes promenades une nouvelle image. C'était sa façon de nous donner de ses nouvelles, comme si elle nous passait le bonjour.  Il y avait souvent beaucoup d'astuce et d'esprit dans ses phrases-slogans et ses détournement de sens qui faisaient parfois songer à ceux du cinéaste Jean-Luc Godard. 
Il faudra faire sans elle, désormais.
De nombreux photographes ont suivi le travail de celle qui s'affichait "voyelle du mot voyou" et des sites web lui ont été consacrés. Il en existe même d'ailleurs un tout ce qui a de plus officiel
 
shared with monday mural

5 commentaires:

  1. Obviously, I have never heard of Miss-Tik. However, I can appreciate how you explained her satire. I am sure the world who knows who she is will miss her tremendously.

    RépondreSupprimer
  2. The mural artists will miss the wit of Miss-Tik murals. Glad you found some of her work. Thanks for participating in Monday Murals Kwarkito.

    RépondreSupprimer
  3. Interesting story about her. Thank you for sharing.

    RépondreSupprimer
  4. Thanks for posting that website... She will be missed.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires a été activée. Les commentaires ne seront publiés qu'après approbation de l'auteur de ce blog.

Publications les plus consultėes cette année