mardi 12 février 2019

Dormir pour oublier (26)


Voilà,
je me souviens avoir pris cette photo le 21 janvier 2018, Boulevard Haussmann non loin de la station de métro Saint Augustin alors que je me rendais à la chapelle expiatoire de Louis XVI pour voir à quoi ressemblaient les gens qui honoraient la mémoire du Capet. 
Cette photo est choquante. Le fait de l'avoir prise est choquant. Le fait de ne pouvoir échapper à ces situations plusieurs fois par jour est choquant. J'avais alors appelé le 115, j'avais attendu longtemps, car c'était un dimanche matin. On m'avait répondu que mon appel était pris en considération, et lorsque je suis repassé deux heures plus tard rien n'avait changé. La vieille dame abandonnée était encore là.
L'année dernière notre président avait fanfaronné qu'il n'y aurait plus une personne sans domicile dans les rues. On sait depuis Charles Pasqua, que "les promesses n'engagent que ceux qui y croient", et je soupçonne qu'il n'y avait pas grand monde pour gober ce bobard. 
Le collectif "les morts de la rue", rappelle que tous les ans environ 500 personnes meurent dans ces conditions.
Ce qui est difficile à admettre et particulièrement démoralisant c'est de se sentir gagné par l'inhumanité ambiante comme si cela pouvait nous préserver du sentiment d'échec que suscite toute cette vulnérabilité qu'on est incapable de soulager

6 commentaires:

  1. Never in my decades of life have I seen so many homeless people... The number has increased exponentially in just the last 5 years.

    RépondreSupprimer
  2. Politician promises mean nothing, they may mean what they say at the time .. but, there they still are, the homeless sleeping on the street ✨

    RépondreSupprimer
  3. Choquant est le mot.
    Où est notre humanité? Notre solidarité? Tu as mille fois raison.
    Honte à nous, à nos gouvernants.

    RépondreSupprimer
  4. c'est un vrai cauchemar! aucune place pour les mettre à l'abri !
    comme dit Colo honte à nous !!! une femme qui dort sur une grille
    de métro sous la pluie ! comment est-ce possible encore aujourd'hui ?

    RépondreSupprimer
  5. Tu témoignes, l'humanité est là.
    Tu as attendu pour poser la photo, l'humanité c'est là.
    Ton cœur, ta tête et tes yeux sont douloureux en y pensant, en la voyant, l'humanité est là.
    Nous venons te lire et nous sommes aussi révoltés que toi, l'humanité est toujours là.

    RépondreSupprimer
  6. Honte à nous, honte à moi-même en premier lieu ! Parmi les SDF, certains accepteraient que je les invite à dormir chez moi. Et pourtant je ne le fais pas. Et pourquoi ? De quoi ma lâcheté est-elle le symptôme ?

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir