vendredi 29 septembre 2017

L'Excursion à Reims


Voilà,
j'étais allé à Reims voir un spectacle sur Yvette Horner. Rien que ça c'était déjà assez étrange. Pendant le voyage, dans le compartiment que je partageais avec cet homme sa femme et leurs deux filles, je me suis demandé quelle était leur origine et d'où ils pouvaient bien venir. Ils semblaient beaucoup s'aimer. Il était très tendre, très attentionné à son égard, lui prodiguant des caresses, passant sa main dans ses cheveux. Et elle, lascivement s'abandonnait à ses tendresses. Il y avait quelque chose de très adolescent dans leur comportement. Et les filles assises à mes côtés s'amusaient avec leur iPhone à filmer et photographier leurs parents si tendrement épris l'un de l'autre. Un instant j'ai envié cette famille unie qui de temps à autre, m'offrait des bonbons dans une boîte en fer blanc. Je supposais qu'il venaient de l'ancienne Yougoslavie, car la langue qu'ils parlaient entre eux me semblait du serbe ou du croate. Quand il est passé, le contrôleur leur a demandé  - sans doute parce qu'ils n'avaient pas poinçonné leur ticket - d'où ils venaient. J'ai compris qu'ils vivaient en Norvège. Sans doute y avaient-ils été accueillis dans le courant des années 90, pendant la guerre en Europe centrale. Ils sont descendus un peu avant moi, à la gare de Châlons en Champagne et je me souviens que cela m'avait alors semblé une drôle d'idée. Quel intérêt pouvait il y avoir à s'attarder à Châlons en Champagne ? (Linked with the weekend in black and white)

10 commentaires:

  1. Une idée qui reste on ne sait pourquoi...j'aime ces idées, ce sont elles qui font les voyages
    ( repensé en lisant le titre au si bon souvenir de l'opéra Il viaggio à Reims de Rossini, en lecture décalée dans la tête)

    RépondreSupprimer
  2. Aller voir un spectacle sur YH et rencontrer par hasard cette famille : voilà un de ces étranges et chouettes cadeaux que la vie nous offre parfois.

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau de venir chez "toi virtuel" en sachant que l'auberge est toujours là. Décidément, les trains... Pour que l'émotion soit pure, je garde cette photo-là et ces mots-là : je n'ai pas assez le temps ni la folie pour chercher à lire "kwarkito quand je ne suis pas là à mon propre blog", c'est-à-dire toute ton œuvre ici. Mais voilà, je viens de temps en temps et c'est là. Grand grand merci donc. Moi, juste un peu bipolaire (me dit-on, j'aurais bien aimé le savoir en me heurtant à ma jeunesse), ceux qui tiennent le temps, je ne peux que me rendre en toute amitié à l'absence de rdv. A +

    RépondreSupprimer
  4. Nice to see them still so much in love. Good photo.

    RépondreSupprimer
  5. Interesting photo. I like the cropping.

    FRANKLY MY DEAR

    RépondreSupprimer
  6. Train journeys can often evoke curiousity Kwarkito ☺

    RépondreSupprimer
  7. what a wonderful capture, its full of tenderness

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir