samedi 1 avril 2017

Pesanteur


Voilà,
un instant, j'ai été cette enfant. Un instant j'ai ressenti cette pesanteur du dimanche matin, quand vous êtes obligée d'accompagner les parents qui ont décidé de retrouver leurs amis sur la péniche alors qu'il aurait été tellement préférable de paresser dans son lit ou d'aller chez une copine. Ils parlent entre eux d'histoires de grandes personnes, ils prononcent tous ces noms qu'on entend souvent à la télévision, parfois ils parlent de la présidentielle, ils en parlent beaucoup, de l'avenir aussi ils disent c'est effrayant ou alors on verra bien, ou bien encore on n'y peut rien, parfois ils semblent s'énerver, certains disent que de toute façon on est baisés et comme ils le disent ça n'a pas l'air bien d'être baisé alors autant sortir, de toute façon on n'existe pas pour eux, c'est bien la peine d'être là, dehors il y a de gros oiseaux comme ceux qu'on voit en bord de mer, et des pigeons des cygnes aussi et des passants qui se promènent en famille et qui ont l'air tranquille. Et l'on se dit que ça serait bien d'être quelqu'un d'autre et d'avoir une autre vie.

1 commentaire:

  1. A nice job of capturing the thoughts of a boy. I think I do that from time to time without trying. At first split-second look, I thought the wrapped umbrella was a Madonna, facing the other way. weird. Maybe I just need a nap.

    RépondreSupprimer