vendredi 28 avril 2017

L'Ennui des jours paisibles


Voilà
quelque chose qui transpire l'ennui des jours tranquilles. Je veux dire de ces jours où l'on ne savait pas encore, où l'on ne réalisait pas que la paix était précaire, et l'ennui un luxe dont on n'avait pas conscience. A quel point les choses pourraient empirer, et la situation politique, économique, écologique se transformer, on ne l'imaginait pas. On n'imaginait rien d'ailleurs, on s'accommodait de la vie difficile et des menus plaisirs qu'elle pouvait apporter. On écoutait de la musique au casque, on jouait aux "angry birds" sur son smartphone. Sans vraiment s'en apercevoir on passait des heures sur facebook, en conversations vaines et futiles où s'entretenait la croyance illusoire d'appartenir à une communauté, sans pour autant atténuer le sentiment de solitude. Le monde était fini, réduit à la surface lisse et toujours un peu sale de l'écran. On aspirait confusément à ce que quelque chose d'intense et de nouveau se produise qui ferait oublier toute cette fatigue et cette lassitude. On attendait, sans que rien jamais ne vienne, sinon le sentiment grandissant pour de plus en plus de gens que tout était joué et que dans ce monde ils n'y avait plus guère à espérer d'autre que cet hypnotique présent avec ses distractions factices abrutissantes et intersticielles et de pauvres vacances quand il était encore possible de s'en offrir (linked with the wekend in black and white)

10 commentaires:

  1. Oui c'est ça. Exactement. Tu as un talent indéniable pour dire la finitude la vacuité la vanité et tout ce qui échappe.

    RépondreSupprimer
  2. I think a little differently (that is, if I have read correctly) . . I hope that because people in different countries are communicating with each other 'on screen' we may be less likely to want to fight each other. The internet can be used for bad things but it has enormous potential for good too. It's the same with mobile phones and the economic freedom they can bring people in areas where, for example, farmers live far from their markets. Which means, maybe, that relaxing with screens can be more fruitful than you are suggesting here - though looking at the 'atmosphere' of your picture (for which I have no context because I am new to your blog) I can see there's a tension between relaxation and 'having nothing to do'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. thanks for your commentary. I sent you an answer in your Mailbox.

      Supprimer
  3. This sounds like the summer away from school - nothing to do and all day to do it in. For me, in those days, the library was my saviour. No smart phone, computer, internet... A time of relaxation and waiting.

    RépondreSupprimer
  4. en ce moment j'ai l'impression que tout est comme un brouillon plein de ratures !
    va falloir mettre tout ça au propre !

    RépondreSupprimer
  5. Superbe billet comme d'habitude !

    Merci pour vos gentils commentaires ! :-)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir