dimanche 9 avril 2017

Les Pensées confuses


Voilà,
parfois les pensées passent, confuses. Je voudrais formuler, ne serait-ce que pour moi ce que  je comprends, perçois, imagine du monde tel qu'il m'apparaît. Préciser les raisons pour lesquelles, j'agis ou n'agis pas en telle ou telle circonstance, transcrire ce qu'il m'arrive d'éprouver à certains moments. Mais les mots virevoltent, insaisissables comme ces papillons que l'on tentait d'attraper enfant, ou bien s'enchâssent les uns les autres. Tant de choses à peines projetées demeurent à jamais dissipées. Où vont elles les idées qui se perdent ? Et les rêves qu'on oublie ? Existe-t-il un Ailleurs, un univers parallèle où toutes les idées ici perdues finissent par se retrouver et prendre forme ? Il me semble que ma vie durant, je n'aurais fait qu'entrevoir des possibilités et que je serais resté au seuil d'une vaste maison dont je n'ai pas su faire ma demeure. Plus le temps passe et plus je me sens submergé par ce que je n'ai pas pu transcrire, exprimer, transformer de mon raport au réel ou à la réalité, on m'a expliqué plusieurs fois la différence je n'ai jamais en fait bien rėussi à comprendre ou à retenir cette subtilité. C'est un des problèmes, auxquels je me suis souvent trouvé confronté. : je perçois bel et bien la complexité, mais je ne suis pas suffisamment outillé pour en rendre compte. La raison pour laquelle sans doute j'ai recours aux images par nature superficielles puisqu'elles ne rendent compte que de la surface des choses, et dans lesquelles je trouve cependant quelque mystère quand elles restituent des ombres et des reflets.

4 commentaires:

  1. Au commencement était le Verbe. Et entre ce commencement et la fin de l'humanité, combien de mots ? Un nombre qui tend vers l'infini et qui, pourtant, ne sera porteur que d'un néant définitif. Quant aux images, qui sera là pour les former dans sa cervelle ?

    RépondreSupprimer
  2. Between your post and Francis's comment, there was much to think about.

    RépondreSupprimer
  3. Una imagen que me hace reflexionar sobre los
    tiempos de la mirada, creando un escenario de
    pensamientos que se agolpan en sueños y
    capas sucesivas. Fotografía original y bella.
    Saludos.

    RépondreSupprimer
  4. Peut-être faut-il, à nous gens du verbe, et d'image en ce qui te concerne, nous faire parfois pure attention, voir-saisir, nous taire tous sens confondus, ne PAS CHOISIR dans le monde des sens et arriver à la pure Attention... Sans économiser le retentissement de cela en nous. Equilibrer ce qui vient du dehors et du dedans. Peut-être. J'arrête, on a dit ça mille fois.

    RépondreSupprimer