mardi 21 mai 2013

Dans la vitre du café désert


Voilà,
chaque fois que je passe devant ce café désert (c'est souvent tôt le matin et je n'ai pas trop l'occasion de m'attarder) je suis toujours aussi déconcerté par le jeu des reflets dans la vitre convexe où les silhouettes anamorphosées des passants évoquent des Giacometti. Il y a aussi ce lointain extérieur qui se découpe au fond dans un carré presque parfait dans lequel parfois des gens descendant un escalier s'inscrivent furtivement. Et c'est une troublante sensation d'irréalité que suscite alors l'agencement de ces différents plans juxtaposés, comme si ce jeu de reflets offrait une possibilité d'accéder à un monde parallèle où il serait loisible de s'oublier, du moins pour un temps, et de la sorte échapper à la morne perspective d'une journée bien trop prévisible.

2 commentaires:

  1. its nice to be distracted for just a little bit from the everyday...

    RépondreSupprimer
  2. Vivre un moment dans chaque plan; en couleur, en brillance.
    Très beaux tes mots, ta photo, ils font tant rêver...!

    RépondreSupprimer