jeudi 2 mai 2013

Bureaux

CNIT La Défense
Voilà, 
encore une représentation de la solitude contemporaine  ou de la résignation. En fait je m'aperçois que j'ai déjà plus ou moins réalisé la même photo dans différents contextes. En Bohème il y a longtemps, à New-York dans le Lower East Side, à Paris près de Beaubourg. Oui j'aime bien les morceaux de corps qui apparaissent... Quant à moi parfois j'aimerais complètement m'effacer, ne plus exister que par les images glanées ici ou là. 

3 commentaires:

  1. Hilitos sueltos
    cosen botones rotos
    Y abrochan todo.

    Una espléndida propuesta la serie
    de fotos y textos (las partes del cuerpo).
    Un saludo, Ángel

    RépondreSupprimer
  2. Pour toi ce court poème d'Alejandra Pizarnik

    EN UN LUGAR PARA HUIRSE

    Espacio. Gran espera.
    Nadie viene. Esta sombra.
    Darle lo que todos:
    significaciones sombrías,
    no asombradas.
    Espacio. Silencio ardiente.
    ¿Qué se dan entre sí las sombras?

    Photos, superbes, d'humains démantelés. Amicalement.

    RépondreSupprimer
  3. I like the point of view and all the shapes in this photo! ;-)

    RépondreSupprimer