mercredi 25 janvier 2012

Elle


Voilà
je me perdais dans ses paysages. J'essayais alors de voir le monde avec ses yeux. De revenir à l'énigme des formes inchoatives, au frémissement de l'émergence. J'enviais cette liberté de l'esprit qui ne s'est pas encore assujettie à la dictature du sens, à l'ordre de la représentation. Elle est là tout près. Toujours comme un mystère qui me réjouit. Sa présence m'émerveille et me stupéfie comme au premier jour. 

3 commentaires:

  1. C'est de moi que tu parles!Comme c'est mignon.

    RépondreSupprimer
  2. Tu es le Mexicain ! C'est comme ça !

    RépondreSupprimer