mardi 23 mars 2010

Grande Arche


Voilà,
la froide et stérile rigueur de ces lignes et de ces volumes se suffit à elle-même. L'indifférence minérale de ce bâtiment devenu une abstraction, la fonctionnalité vaine de cet escalier qui débouche sur une esplanade, au delà de laquelle se déploie un paysage absurde et désordonné, produisent un composé de sècheresse et de méchanceté, une sorte d'injonction muette qui signifie nettement que notre place n'est pas ici. (Baudoin de Bodinat "La vie sur terre")

8 commentaires:

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir

Publications les plus consultėes cette année