vendredi 24 octobre 2014

A kind of King Lear


Voilà,
il me faisait plutôt penser à une sorte de Roi Lear dont la démence eût été peuplée de pigeons qu'au doux St François qui, dit-on, parlait aux oiseaux. Cette complicité avec tous ces rats volants sur lesquels il semblait régner dégageait tant de plumes et de poussière que j'en conçus une vague frayeur. Un instant je craignis la contagion de quelque virus aviaire. Ou de sa folie peut-être.

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. thank you very much. It touches me a lot from you whose work is so pure and honest

      Supprimer
  2. En effet avec les rats volants, on risque la peste aviaire, la pire.
    Pardonne-moi de ne pas retenir mon côté Groucho Marx, ça m'est vraiment impossible. Ce qui nous immunise certainement, c'est la gravité que tu nous offres. Ce qui fait Shakespeare n'est-il pas ce mélange magique ?

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir