lundi 7 février 2011

Sillages


Voilà
dans la froide clarté du matin les avions traversent le ciel pur, laissant dans leur sillage de longues trainées orangées, qui, plus tard, s'éparpilleront en vagues nuages avant de se dissiper dans l'azur. C'est un émerveillement très enfantin qui me fait saisir cet instant, comme autrefois lorsque, allongé sur la plage, je me tournais vers le ciel, plein d'étonnement pour le spectacle des ces lignes devenant peu à peu étendues. A présent, c'est une sorte de gratitude qui me fait lever les yeux. En dépit des chagrins passés des douleurs présentes et de la fatigue que le corps ne parvient à comprendre, je suis content d'être ici, d'être au monde d'avoir jusqu'à présent vécu ce que j'ai vécu. D'ici quelques semaines je retrouverai peut-être le plaisir de travailler tôt dans le salon baigné de lumière. C'est encore l'hiver mais une journée ensoleillée s'annonce, et qui sait? un printemps précoce. Les jours rallongent, il me semble que l'avenir à nouveau se déploie devant moi.  Je me surprends à espérer,  à croire même en des jours meilleurs. Mais aussitôt je ne puis m'empêcher de redouter que ce bref instant d'optimisme ne se retourne contre moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir