dimanche 14 août 2011

Coïncidence

Call me

Voilà
ce jour là, au musée d'Art Moderne, près d'une grande toile d'Arroyo, j'ai croisé un sosie de Jim Morisson lorsqu'il était encore dans l'insolente beauté de sa jeunesse. Je n'ai pas osé lui demander si je pouvais le photographier, ni faire un cliché à la dérobée. C'était tellement évident, cette ressemblance, que lui-même devait le savoir. J'ai supposé que bien des gens avaient du déjà lui faire la réflexion et que cela peut-être à la longue devait lui peser, même s'il est vrai que dans le genre il y a des fardeaux plus difficiles à supporter moi par exemple je n'aimerais pas ressembler à Raffarin. Ai-je  voulu me consoler de ce manque d'audace, de cette incapacité à m'adresser de façon générale aux inconnus, en prenant ce cliché?

1 commentaire:

La modération des commentaires a été activée. Les commentaires ne seront publiés qu'après approbation de l'auteur de ce blog.

Publications les plus consultėes cette année