samedi 30 octobre 2010

Attock, un souvenir


Voilà
le temps d'une halte nous nous sommes attardés. Une pluie fine et persistante embuait le paysage, mais il m'a semblé que le lieu et le moment voulaient échapper au cours indifférent des choses et demeurer non pas ensevelis en moi sous d'autres d'autres souvenirs, mais survivre au regard que je portais sur eux. Un pont enjambait le fleuve, un camion solitaire le traversait. Les mots fuyaient encore le ciel avait la couleur de l'eau. Je me tenais donc là (cela n'arriverait plus jamais) sur les bords de l'Indus, paisible et majestueux. Sénèque a dit autrefois - je l'ignorais ce jour là - que ses eaux tièdes charrient des diamants à travers les déserts.... J'aurais voulu me dissoudre dans la couleur uniforme de ce moment.

1 commentaire:

  1. Sénèque avait de l'imagination ou peut-être avait-il rapporté ce qu'il avait entendu dire...

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir