mardi 5 janvier 2010

Gare de campagne


Voilà
c'est juste une vague réminiscence de Tchekhov dans la campagne normande, avec cette peine immense qui ne peut se dire. Faire comme si rien n'était arrivé, alors que tout chavire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir