jeudi 27 octobre 2016

Intervenir


Voilà,
je ne peux m'empêcher : deux photos hier soir publiées sur Instagram prises à la dérobée. L'une hâtivement cueillie depuis un bus me fait penser à une image de Hopper. il fallait absolument saisir "l'occasion qui jamais plus ne se représentera" comme disait Jankelevitch. Tout autre chose ici. Je passe par des états changeants. Des envies d'images très différentes me traversent. Là j'ai besoin de quelque chose de plus léger, plus enfantin, plus coloré. Même si les mots ne viennent plus, l'envie de bricoler des images persiste. Comme si désormais ce n'était plus que ma seule possibilité, non d'agir sur le monde, mais au moins d'y intervenir, et qu'il y avait urgence à le faire quand est si grande la tentation de renoncer. C'est aussi une façon d'être encore relié à moi. De plus en plus souvent l'impression de me quitter de me dissocier de m'effacer, de devenir transparent inconsistant me traverse. Seules les images attestent de ma présence, témoignent de mon répit, donnent un peu d'épaisseur à mes jours. Bien sûr il y a ces surprises qui font le sel de la vie. Ainsi la récente découverte de l'œuvre d'Ahmad Jamal, réponse tendre subtile sensible de la spiritualité authentique à tous les sanguinaires et décérébrés crétins se réclamant du radicalisme musulman au nom duquel toute musique devrait être bannie. Voilà quelque temps, circulait sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle l'imam de Brest expliquait à des enfants que la musique pouvait transformer en singe ou en cochon ceux qui l'écoutent. Cette bêtise consterne, afflige et pourrait même désespérer. Mais heureusement il y a Ahmad Jamal. Tant de délicatesse, apaise et élève l'âme, éloigne des pensées triviales, rend plus supportables les tâches quotidiennes de l'ordinaire des jours autant qu'elle distrait des douleurs d'un corps usé par trop de conduites déraisonnables. Je songe alors que la béatitude pour moi pourrait être cela : rester allonger au soleil sur un matelas pneumatique (en étant protégé bien sûr), flotter sur une eau paisible et avoir dans les oreilles l'album "Saturday morning". Mais bon, c'est le froid qui commence à gagner ici. Et l'envie de se calfeutrer.


mardi 25 octobre 2016

Zoo


Voilà,
les années ont passé sans qu'il ne s'en soit tout à fait rendu compte. Les enfants ont grandi, et désormais il ne marche plus en leur compagnie au jardin des plantes. Le zoo et sa ménagerie où les animaux en cages attendrissaient le plus jeune, ne sont désormais qu'un lointain souvenir. A peine se rappelle-t-il des bras étrangers auxquels il s'abandonnait alors et qui lui offraient un vague réconfort qui le dédommageait à l'occasion d'une vie devenue terne et routinière.

lundi 24 octobre 2016

London calling


Voilà,
je me souviens de cette inscription sous un pont, en février dernier, près de la jungle de Calais où s'entassaient des milliers de migrants. Le titre de l'album des Clash, tout à coup prenait une autre signification. J'y repense ces jours-ci où de nouveau l'on chasse des gens qui reviendront (les mêmes ou d'autres) tôt ou tard, en dépit des murs, des grilles et de la police. Il reviendront, parce tel est le sens de l'histoire. Inéluctablement du sud vers le nord. Jusqu'à ce qu'un accident nucléaire rende moins attrayantes nos latitudes.

samedi 22 octobre 2016

All Blacks


Voilà, 
Le sens du mouvement, l'audace, la puissance, la vélocité, la cohésion et cette immense confiance partagée telle que chacun peut à quiconque passer le ballon sans regarder son partenaire. La solidarité dans toutes les phases de la rencontre, l'harmonie dans la transmission ; ces hommes font d'un jeu un art. Ils donnent toute sa beauté à ce geste paradoxal qui consiste à aller de l'avant en se passant la balle en arrière quand des adversaires déterminés s'emploient à vous en empêcher. Parfois ils déferlent comme une meute terriblement organisée et impitoyable, d'autres fois ils semblent légers comme des anges. Peut-être sont-ils en train de transformer l'affrontement en un rituel. Ils ne combattent plus l'adversaire, ils l'utilisent pour se surprendre eux-mêmes, s'épanouir dans la grâce de l'instant et inventer des formes, des trajectoires, des assauts inédits. Je les regarde avec émerveillement. Elle est l'âme de tout un peuple cette tribu vêtue de noir et sous ces latitudes lointaines rudes et sauvages ceux qui la composent en sont les héros, Je me souviens la première fois où j'ai entendu parler d'eux. C'était en novembre 1967 au CES de Parentis-en-Born, j'étais alors en sixième. Nous avions cours de gymnastique un samedi après-midi sur deux. Cette année là, les Blacks étaient venus jouer en Novembre au stade de Colombes et le match avait été retransmis à la télévision, commenté par Roger Couderc qui a fait, avec son accent rocailleux du Sud-Ouest connaître et aimer le Rugby en France. Notre prof de Gym, monsieur Gallin, souhaitant regarder le match avait fait installer un poste TV dans les vestiaires du stade afin de nous donner selon ses propres termes "un cours théorique". D'ailleurs après le match nous avions dû reproduire certaines phases de jeu qu'il avait mis en évidence pendant la retransmission. Je me souviens que nous nous étions ensuite entraînés à faire des "mauls" après la récupération de la balle en touche (un maul commence lorsqu’un joueur portant le ballon est saisi par un ou plusieurs adversaires et qu’un ou plusieurs coéquipiers du porteur du ballon se lient à ce dernier. Un maul implique par conséquent quand il commence au moins trois joueurs, tous sur leurs pieds : le porteur du ballon et un joueur de chaque équipe. Tous les joueurs participant au maul doivent être dans le maul ou liés au maul et sur leurs pieds et avancer vers une ligne de but). Les All Blacks avaient à l'époque la réputation d'être imbattables, et en effet c'est une période où l'équipe a enchaîné 17 matches victorieux. L'équipe qui a ce matin battu l'Australie en est à sa dix-huitième victoire consécutive. Il est possible qu'elle ne s'arrête pas en si bon chemin.

mardi 18 octobre 2016

Chacun ses problèmes mon vieux


Voilà,
oui des fois c'est stupide dit-il. Il ne demande rien, les souvenirs remontent. Un peu comme l'eau croupie dans un évier bouché. (Ah je connais le problème des fois ça m'arrive à moi aussi, d'ailleurs à six ans je n'avais déjà que des souvenirs) C'est comme ça. S'en passerait bien. Souvent ça l'encombre. Oui souvent. Mais bien moins cependant que le présent... Comment font les autres ? C'est une question qu'il se pose bien des fois dit-il. Comment font-ils ? Oui comment pour s'accommoder du présent et du poids des choses passées ? Et où trouvez vous la force de croire encore en l'avenir ?  Il me demande ça à moi. Qu'est ce que j'en sais ? Moi aussi putain j'ai mes problèmes! Qu'est-ce qu'ils ont tous à me raconter leurs déboires, leurs questionnements métaphysiques, leurs coups de mou ? Qu'ils aillent se branler ça leur décongestionnera le cervelet! En ce moment tout m'accable qu'il dit. Tout est difficile qu'il rajoute. Et il en remet encore une louche : le moindre geste, la moindre action me pèse, un rien me fatigue. Eh bien fais un check-up, mon gars prends des vitamines, de la gelée royale et lâche moi la grappe. Et il déroule : pas envie d'être là. Pas sûr non plus que je sois capable d'être ailleurs. Oui parfois, je me verrais bien le cul dans le sable pas loin de la dune du Pyla par exemple, à regarder la mer et les nuages. Ah oui ça je comprends c'est beau la dune du Pyla, je m'y verrai bien moi aussi mais sans toi connard. Enfin bon j'imagine juste. Parce que je sens bien qu'une fois sur place j'aurais aussitôt la bougeotte. Me traîne un gros bourdon. La vie me semble sans autre issue que celle d'aller de mal en pis. Oh là là là là mais suicide toi mon vieux suicide toi va crever qu'on n'en parle plus si tu veux je te file un coup de main. Il me regarde avec son air de chien battu, et moi je lui souris bêtement. Je lui dis que j'ai connu ça aussi. Je ne sais pas comment m'en dépêtrer. Je ne comprends pas pourquoi il n'y a plus de feuilles aux arbres. Je songe au temps où j'avais une famille.

dimanche 16 octobre 2016

Nouveau Truc


Voilà,
C'était un nouveau truc.... Ma fille était allée acheter avec Henri son camarade de classe des bracelets chez le brésilien de la rue Maison Dieu. Depuis son commerc a fermé. Dommage, j'aimais bien sa boutique jaune verte et bleue dont la façade égayait la rue. Je me srappelle que j'allais y chercher, en 2009, des canettes de guarana avant de me rendre aux répétitions du Théâtre de la Tempête. Je ne me souviens plus exactement de quand date cette photo, 2012 peut-être, à l'époque on écoutait beaucoup la chanson "balado boa" de Gustavo Llima et aussi "Tacata"de Tacabro ou un peu avant la coupe de monde de foot de 2014. C'est étrange comme cette période, paraît à présent paisible, même si je ne l'étais pas vraiment intérieurement. La guerre, la terreur n'avait pas encore gagné nos latitudes. Et ma fille était encore une petite fille....

vendredi 14 octobre 2016

Deux Rombières


Voilà,
c'était en février 2015. A cette époque, pour faire sa promotion, un institut de langues étrangères affichait de mauvais jeux de mots sur ses panneaux publicitaires exclusivement placardés dans les wagons du métro parisien. Lorsque j'ai volé cette photo, j'étais en bonne compagnie. C'était une heure tardive, au retour d'un spectacle et ces deux femmes, (surtout celle avec sa fourrure), parlant de leur déboires familiaux – le mot argent revenant souvent dans leurs propos – m'ont immédiatement paru dignes d'intérêt. (Linked with the weekend in black and white).

mercredi 12 octobre 2016

Station balnéaire


Voilà,
C'était la dernière matinée de mon séjour, je m'apprêtais à quitter cette station balnéaire que je venais de découvrir avec ravissement et où je m'étais si bien reposé. Je regardais les maisons en songeant que cela devait être formidable d'appartenir à une de ces familles raisonnablement riche, catholique sûrement, où l'on se transmet du patrimoine de génération en génération. Bien sûr, pour l'avoir souvent entendu, je sais qu'une maison c'est coûteux à entretenir. Mais les pauvres ne se posent pas ce genre de question. Ils ne savent que bader et envier les bourgeois. Pour ma part je nourris à l'égard de ces derniers un mélange de fascination et de détestation, sans doute parce que je suis persuadé  que j'aurais été assez sournois pour profiter du confort et de l'éducation bourgeoise sans tomber dans le panneau de la subordination. J'ai tout de même eu affaire à pire dans mes jeunes années. Bref, j'étais sur la plage quasiment déserte et, un garçonnet, sans doute pour une mauvaise action (comme on dit au catéchisme) qu'il avait commise un peu plus tôt, tentait de s'excuser auprès d'une fillette en train de creuser un trou dans la plage. "Casse toi sale merdeux, dégage, je ne veux plus te voir" lui répondait celle qui semblait avoir sensiblement son âge. Était-ce une camarade de jeu, sa sœur ou une cousine ? Quoiqu'il en soit la violence de sa réaction sur la plage vide ("Ne t'approche pas, fous le camp petit con, je t'emmerde") contrastait avec le bon ton que j'avais pu constater les jours précédents, parmi ces familles catholiques qui fleuraient la France des rentes viagères de la gestion dite "de bon père de famille", et des banlieues cossues de l'ouest parisien. En me baignant j'avais même pu entendre, quelques jours auparavant cette savoureuse réplique d'une élégante et embijoutée quinquagénaire vêtue d'un maillot de bain deux pièces (ce qui me rendra la religion catholique toujours moins détestable que les autres) expliquant à une autre femme, "la semaine prochaine c'est la béatification de Mère Theresa, et c'est très important pour nous car notre paroisse possède des reliques de Mère Theresa". 

lundi 10 octobre 2016

L'Album "Black Star"


Voilà,
Jusqu'à présent j'en avais été tout à fait incapable, et puis je me suis résolu à le faire. J'ai enfin écouté l'album "Black Star" de David Bowie dans son intégralité. C'est tout à fait sidérant. Cette orchestration de jazz de Donnie McCasslin qui soutient l'album est puissante, et cela ne ressemble à rien de connu chez cet artiste. Longtemps que je n'avais pas été pareillement saisi. Bowie a offert au monde avant de le quitter, un immense cadeau. C'est beau, c'est émouvant, c'est parfois même déchirant. De sa mort à venir, il a fait une œuvre d'art intense et profonde

samedi 8 octobre 2016

Caricature



Voilà,
Il me semble parfois que je deviens fou. Le jeu social m'épuise. Je ne m'y reconnais pas. Je ne m'y retrouve plus. J'ai l'impression d'y faire une absurde figuration. J'accomplis des gestes, je tiens des propos. J'assiste à des événements, je me mêle à des manifestations. Je trimballe une sorte de caricature qui n'est pas moi et que je fais semblant d'être. Je n'ai envie de rien. Prendre l'air, le soleil, ça serait bien. Mais tout me coûte un effort considérable. Mettre de l'ordre dans mes affaires. C'est à cela que je vais m'atteler désormais. C'est tout ce qu'il me reste, pour avoir l'illusion que je maîtrise ma vie, et encore. Sinon j'achète de nouveaux parfums. Ça rend l'air du temps plus supportable.

mercredi 5 octobre 2016

Dépouilles


Voilà
ce que Jean-Paul Sartre écrivait au début des années cinquante après avoir visité la crypte des Capucins de Rome : "Ces moines conservent les dépouilles humaines pour faire durer le plaisir ; ils retiennent l'homme de devenir chose pour pouvoir le traiter comme une chose, ils arrachent les ossements à leur destinée minérale pour pouvoir les asservir à la caricature d'un ordre humain ; on les exhume en grande pompe pour en faire du matériau de construction. Les religieux jugeaient la beauté diabolique quand elle venait du siècle ; il se transforment en esthètes quand il s'agit de préférer tout, même le beau, à leur prochain ; ils décorent la chapelle avec de l'homme comme les gardiens de Buchenwald faisaient des abat-jour en peau humaine". Le lieu, insolite constitue un genre artistique unique d'une certaine façon, une sorte de kitsch funéraire. Ce qui est troublant dans la remarque de Sartre, c'est l'inversion chronologique, la revisitation et la critique du passé à la lumière d'événement récents. Comme s'il y avait une relation de cause à effet entre les deux événements. Les mettre d'ailleurs sur le même plan, paraît a l'heure présente assez faible. Comme quoi les conditions historiques, les circonstances déterminent aussi notre façon, sinon de penser, du moins de ressentir.

dimanche 2 octobre 2016

Regard Moderne, rue Gît-le-Cœur


Voilà, 
elle n'aura plus le même charme, la rue Gît-le-Cœur, maintenant que Jacques Noël son libraire, que l'on voit sur la photo s'est fait la belle. Hier soir, une rose était accrochée à la devanture de la librairie "Regard moderne". C'était, avec la salle de cinéma où j'ai vu autrefois le film de Peter Brook, "rencontre avec des hommes remarquables" et aussi "La peau" de Liliana Cavani d'après le roman de Malaparte ce qui restait de l'esprit bohème de cette rue. En face de la librairie, l'hôtel où descendaient les écrivains de la Beat Generation, est devenu un établissement de luxe. J'aimais l'incroyable capharnaüm de cet endroit si singulier. 


Il y a quelques jours encore, alors que j'allais voir un film à côté, il était là à lire sur son pas de porte en fumant une clope. Que va-t-il advenir de tous ces trésors ? Sans doute ce lieu va-t-il à son tour, lui aussi disparaître.

samedi 1 octobre 2016

Ce Besoin d'évasion


Voilà,
les choses concrètes, les tâches ordinaires de la vie quotidiennes suscitent la plupart du temps, au mieux indifférence, si ce n'est contrariété. Dans cette grande ville d'où il ne parvient guère à s'échapper, il voit certes encore des gens, mais ce sont des vieux, comme il l'est peu à peu devenu lui aussi sans pour autant vraiment s'en apercevoir. D'ailleurs, depuis quelques années, on le convie plus souvent à des enterrements qu'à des mariages. Deux fois par nuit il se lève pour pisser, marchant difficilement. Son corps engourdi, perclus de rhumatismes, se dérègle peu à peu. Comment ne pas ressentir cela comme une trahison ? Ceux pour qui il aimerait compter le considèrent avec une affection distante. Ses enfants l'appellent encore de temps à autre. Le plus souvent pour lui réclamer quelques services. Il ne fait pas vraiment son âge, et il lui semble que sa peau est encore douce, mais personne désormais ne lui prodigue plus de tendresses. Si sa libido ne le torture plus autant qu'autrefois, quelqu'un pour  lui gratter le dos, le caresser ou l'embrasser serait tout à fait bienvenu. Oui mais il n'y a personne. Malgré sa maigre retraite il s'autorise néanmoins une fois par mois un petit extra chez la masseuse vietnamienne du coin de la rue. Ne vit on pas désormais dans une société de services ? Il possède des trésors en lui. Des connaissances, de l'expérience. Il a même acquis une certaine forme de sagesse. Mais il sent bien qu'au regard de ce monde il est devenu un produit périmé. Il voudrait parfois disparaître. Des traces, il en laissera bien assez. De qui aura-t-il vraiment été aimé ? Qui l'aura vraiment compris ? Pas grand monde. Autrefois il avait rêvé d'un véritable amour, il n'aura connu que malentendus et mécompréhensions. Depuis que sa fille ainėe lui a reproché, en fustigeant "son fascisme carnassier" de l'avoir nourrie avec trop de viande durant son enfance, Julien Moristel se retire de plus en plus souvent dans ses pensées. Il a besoin d'évasion. Il boit. Peut-être qu'un jour ses paupières se refermeront définitivement sur un de ces paysages crépusculaires qui le traversent parfois. Alors comme un nuage ou comme un parfum, il s'évanouira doucement, abandonnant son existence aux souvenirs des autres. La légèreté le recueillera comme poussière dans un rai de lumière.