vendredi 31 mai 2013

Joli mois de Mai


Voilà,
traiter ces intempéries par le mépris m'a-t-il été suggéré.
Oui mais quand même.
Parfois on en vient à envisager 

mercredi 29 mai 2013

L'homme immobile de la station Pernety

 

Voilà,
hier par jeu, au moment ou S. me fait remarquer que nous sommes arrivés à la station où nous avons coutume de descendre, je propose de continuer jusqu'à la suivante qui peut aussi bien après tout faire l'affaire. Heureux hasard. En bout de quai, il y a eu cet homme qui marchant s'est aussitôt immobilisé et a ouvert son journal. Il est ainsi resté longtemps sans bouger à déchiffrer "L'équipe" et j'ai pour ma part, pu le photographier à loisir sans qu'il ne s'en rende compte. En fait je voulais juste shooter les grands à-plats de couleurs sur l'affichage de métro, mais je n'avais pas assez de distance. Chose curieuse, juste avant il y avait eu les deux vieux amoureux, fatigués et accidentés, tendrement serrés l'un contre l'autre, (la femme n'arrêtant pas de caresser la main de l'homme), mais j'étais trop loin d'eux, et je n'ai pas eu le courage ni l'envie de les prendre en photo. Et puis j'avais déjà dans l'après-midi, volé l'image d'un homme au visage émouvant qui assis dans la rame était coiffé d'une belle casquette de marine, plutôt incongrue dans ce contexte.

lundi 27 mai 2013

Salle Palerme



Voilà,
un point de vue sur la tour EDF depuis la tour Atlantique.
A cet étage, toutes les alles ont des noms de villes du Sud de l'Europe
 Palerme, Barcelone etc,
bref de quoi rêver

dimanche 26 mai 2013

De l'influence du climat sur les états psychiques



Voilà,
Paris 12° centigrades, pas vraiment un temps de saison 
aujourd'hui puissante régression et rêves d'enfance aussi. 
Ah si une une riche connaissance pouvait un jour m'inviter au grand Prix de Monaco

samedi 25 mai 2013

Délires suburbains


Voilà
dans le train de banlieue, assis à ma gauche de l'autre côté de la travée, un passager parle tout seul par intermittence. Quand à la station suivante monte un type qui lui aussi se met à soliloquer, un peu plus fort cependant, que le voyageur assis à mes cotés, la situation me paraît tout à coup digne d'intérêt. Resté debout le nouvel entrant manifeste un certain état de tension. Le cheveux rare, l'œil charbonneux, le maxillaire crispé, il semble halluciné. Peut-être sous drogue. Il y a tant de nouveaux trucs en circulation ces derniers temps qui rendent à moitié dingue. D'ailleurs entre ses dents il n'hésite pas affirmer qu'il parle tout seul, le revendique même, mais on ne sait si c'est parce qu'il s'est inventé en lui-même son propre contradicteur, ou si c'est pour nous informer qu'il est tout à fait conscient de son état. Cette incursion semble contrarier mon voisin, qui timidement, chaque fois que l'autre fait une courte pause, se hasarde toutefois à murmurer par-devers lui quelques phrases. Mais c'est pour se taire aussitôt que l'autre recommence. Il n'y a pas que de la contrariété sur son visage. Difficile de dissimuler l'inquiétude tant le discours structuré quoique obsessionnel du nouvel entrant s'apparente à une sorte de réquisitoire permanent contre lui-même. Il en ressort que celui-ci a relu trente fois des feuillets qu'il a écrits et qui selon lui auraient du être plus longs, parce qu'il a justement pris trop de temps à les lire. Mais il grommelle qu'il aurait du passer trente fois plus de temps a les rédiger parce qu'il trouve que c'est nul que ça ne vaut rien. Plusieurs fois il répète qu'il n'écrira de toute façon pas son livre parce que c'est cela n'a aucune valeur, mais que malgré tout, "il le lira dans le bois de Vincennes à son copain pour lui raconter des bons mots". "Ouais parce qu'il y a des bon mots" assène-t-il plusieurs fois de suite d'un ton saccadé. Il déclare aussi que ce livre raté qu'il n'aboutira pas est "la condition de sa haine", mais qu'il continuera cependant à lire trente fois d'affilée ses feuillets même si c'est nul et raté. L'homme à ma gauche semble à présent terrorisé par les récriminations permanentes du nouvel entrant. Pour ma part je ne suis pas trop fâché de devoir enfin quitter ce wagon. Dans l'immense débâcle de ce monde, j'ai déjà tant de mal à m'accommoder de  mon propre chaos, que je peux me dispenser de devoir subir les bouffées délirantes de parfaits inconnus.  

vendredi 24 mai 2013

Couloir


Voilà,
un bien étrange hôtel tout de même 
Quelque chose de vaguement Lynchéen

jeudi 23 mai 2013

Histoire de temps


Voilà,
Pas juste une histoire de temps qu'il fait ou qu'il ne fait pas 
mais aussi une affaire de temps qui reste et s'amenuise irrévocablement 
de temps passé de temps perdu 
de temps qu'on ne trouve pas 
qu'on ne cherche plus 
qu'on n'a pas su prendre 
pas su comprendre 
eh oui

mardi 21 mai 2013

Dans la vitre du café désert


Voilà,
chaque fois que je passe devant ce café désert (c'est souvent tôt le matin et je n'ai pas trop l'occasion de m'attarder) je suis toujours aussi déconcerté par le jeu des reflets dans la vitre convexe où les silhouettes anamorphosées des passants évoquent des Giacometti. Il y a aussi ce lointain extérieur qui se découpe au fond dans un carré presque parfait dans lequel parfois des gens descendant un escalier s'inscrivent furtivement. Et c'est une troublante sensation d'irréalité que suscite alors l'agencement de ces différents plans juxtaposés, comme si ce jeu de reflets offrait une possibilité d'accéder à un monde parallèle où il serait loisible de s'oublier, du moins pour un temps, et de la sorte échapper à la morne perspective d'une journée bien trop prévisible.

lundi 20 mai 2013

Deux figures joyeuses sous un ciel bleu


Voilà,
ce dessin de ma fille réalisé quand elle avait cinq ans.
Un peu de gaieté de couleur et de mouvement pour alléger cette journée froide et grise

dimanche 19 mai 2013

Quelle est cette langueur etc.


Voilà,
Mai ressemble à un long Novembre, Hier, dans une autre maison, cette vision à travers le vasistas. On parle beaucoup de ça en ce moment, à Paris. Du temps qu'il fait et surtout de celui qu'il ne fait pas. Quand donc reviendra-t-il le soleil ? Est ce que les beaux jours vont finir par s'installer ? Toute cette grisaille et cette fraîcheur ont quelque chose d'épuisant et rendent morose.

dimanche 12 mai 2013

Éric Doye

Eric Doye, et Joop Doren en arrière plan Février 1987
Voilà,
je voudrais arrêter un moment, calmer le jeu, il y a tant d'autres choses à faire et le temps manque, le temps manque de plus en plus, mais il y a une nécessité à dire les noms, ne pas les oublier, c'est à cela que je pensais hier en lisant le très bel article de Hélène Hazéra sur Michel Cressolle journaliste à Libération dans les années 70 et 80, quand elle évoque la terrible maladie de ces années-là et tous ces gens disparus, oui à des visages je pensais à des visages des noms, Eric, c'est à Éric d'abord que j'ai repensé. Éric Doye, qui pour moi était parmi les plus doués des comédiens de sa génération et d'une émouvante singularité. Il possédait un charisme inouï et un style à nul autre pareil. Il avait la grâce. Eric que j'ai trop peu croisé. Nous n'étions pas familiers, ne fréquentions pas les mêmes bandes, ou alors occasionnellement, nous n'avions pas le même mode de vie sans doute. Nous nous retrouvions parfois, à des premières, dans des restaurants de comédiens. Nous avions joués ensemble sur un spectacle, nous nous étions bien entendus, alors cela crée au moins des connivences. En tournée, ils nous avait hébergé, Philippe Faure, Etienne Pommeret et moi dans la maison de ses parents absents. J'ai quelques photos de cet épisode. Celle-ci je l'ai prise dans un restaurant. Nous nous étions balladés dans la région avec la voiture de ses parents et je me rappelle, que lorsqu'il s'était agi de rejoindre le théâtre des treize vents qui nous accueillait, et qui est situé en dehors de Montpellier à Gramont, une file ininterrompue de véhicules occupait la nationale. Il y avait un concert au Zénith de je ne sais quelle vedette de variétés, et nous commencions à flipper à l'idée de ne pas arriver à l'heure pour la représentation (je parle d'une époque sans portables). Tout s'était finalement bien passé, nos partenaires avaient placé nos accessoires, les costumes étaient prêts et la représentation avait été un peu plus rock and roll que d'habitude. De ce passage chez lui, je me souviens de films qu'il avait faits lorsqu'il était plus jeune, de dessins, de photos, toute une production artistique en devenir, dont je me demande ce qu'il reste.  
Plus tard nous avions failli travailler ensemble dans un spectacle en Italie, et puis au dernier moment j'avais eu une autre opportunité et cela ne s'était pas fait. Mais à la reprise à Paris, comme il s'était blessé on m'avait proposé de reprendre le rôle qu'il avait créé. C'était un spectacle de théâtre dansé, dans l'esprit de Pina Bausch comme cela se faisait beaucoup à l'époque, et j'avais repris sa partition en une semaine. J'avais dû me glisser dans ses inventions dans le chemin qu'il avait tracé au cours d'improvisations, et cela avait été une expérience singulière que de se conformer à son imaginaire. Après la première – c'était dans ce restaurant du marais très fréquenté par les comédiens qui s'appelait "Le dos de la baleine"–, en fin de soirée - sans doute étions nous embarrassés l'un et l'autre par la situation -, il était venu me voir, pour me dire "le spectacle m'a plu, et en même temps ça me fait un peu chier j'aurais préféré détester". J'avais répondu que je comprenais tout à fait son point de vue, d'une certaine façon ma place était plus confortable que la sienne. Et il avait ajouté "mais je préfère que ce soit toi plutôt qu'un autre qui l'ait fait". On en était resté là, on avait bu un verre, et on était allés retrouver nos copains respectifs. Plus tard, il était rentré à la Comédie Française, ce qui m'avait étonné car cela ne cadrait pas tout à fait avec sa personnalité. Sans doute avait-il alors besoin de sécurité se sachant malade, ce que j'ignorais et que j'ai appris très tard. Un jour, cela devait être au début des années 90, je l'avais rencontré par hasard, et je lui avait parlé de Mastroïanni jeune, qui je ne sais plus dans quel film m'avait fait penser à lui, sur quelques attitudes. Je lui avais dit tu es beau comme lui et cela l'avait fait gentiment sourire. Tout ça est loin. S'il n'avait pas chopé cette saloperie, je suis sûr qu'il serait devenu une vedette. 

samedi 11 mai 2013

Le dessin de Nour

Voilà,
Je pense à Nour parfois, qui m'avait ainsi représenté, en mai 2010. Je me demande ce qu'elle devient à présent, elle, si vive et si drôle avec ses prunelles noires et qui doit aujourd'hui avoir aux alentours de six ou sept ans je ne sais plus....

vendredi 10 mai 2013

Un violon de fortune



Voilà,
ce matin dans le métro j'ai de nouveau vu le musicien avec son drôle d'instrument et son sac jaune, celui-là même que j'avais aperçu un soir en compagnie de S. alors que nous avions une discussion sur le fait que je n'ose pas trop photographier les gens. Pourtant, intrigué par son étrange crincrin, lui je l'avais quand même pris à la dérobée quelques jours auparavant. Le voyant nous nous étions bien évidemment posés des questions sur son espèce de violon, composé d'un manche et d'un cornet. Aujourd'hui, sur cet objet tout à fait improbable mais qui sonne bien, il a joué avec beaucoup de délicatesse "Besame mucho" et "Mon amant de St Jean", alors je lui ai donné une pièce. J'en ai profité pour lui demander d'où sortait cet instrument. C'est lui qui l'a fabriqué ai-je cru comprendre (son français était aussi rudimentaire qu'approximatif). C'est de la lutherie brute en quelque sorte. Le voyant descendre pour attendre sur le quai la rame suivante, j'ai envié cet homme pour son sens du bricolage et pour son talent d'interprète. En quelques circonstances, où que ce soit, les musiciens seuls sont capables de tutoyer les anges, mais lui, il est tout à fait possible que cela en soit un.

jeudi 9 mai 2013

Jeudi de l'Ascension

Gare Montparnasse 2004
Voilà,
c'est sûr, pour la publication d'aujourd'hui (jeudi de l'Ascension) je n'aurais pas vraiment fait preuve de spontanéité, cette image là est programmée depuis près d'un  mois. Il faut faire les choses au moment où on les pense. Mais tout de même, on ne pourra pas dire qu'elle n'est pas de circonstance. L'ascension donc. Pour Jésus, c'est un peu le commencement de la retraite.

mercredi 8 mai 2013

Dormir pour oublier (11)


Voilà,
parfois on voit de ces choses, on lit de ces choses
qui réduisent le monde à une vaste obscénité 

mardi 7 mai 2013

Sortie du lit


Voilà,
hier, sans doute à cause des intempéries dans l'est de la France, la Seine débordait.
Impossible de se promener sur les quais, rive droite 


de profiter comme certaines années à cette saison
des rayons du soleil sur les bancs de pierre qui s'y trouvent.
D'ailleurs il n'y a pas de soleil

dimanche 5 mai 2013

Dimanche à la foire

Grand-Duché du Luxembourg, Avril 2013

Voilà,
ne comprend pas trop ce vertige qui soudain le saisit
va finir avec un gros nez rouge lui aussi à force de se moucher
 tout autour le ciel tourne
et même si le hante  par instant le souvenir d'une chanson triste
le bonheur est bien là tout près nulle raison d'avoir peur 
songe étourdi l'enfant soudain vieux dans la foule titubant de fatigue

samedi 4 mai 2013

Cœur de métier


Voilà,
entendu aujourd'hui au journal de france culture un réjouissant sujet sur la police (de la septième minute jusqu'à 8'50") avec une pépite de connerie communicante énoncée avec beaucoup de sérieux et de conviction par Eric Mildenberger délégué CRS au syndicat Alliance Police Nationale (de 7'49 à 8'10). qui ne me fait pas regretter d'avoir glandé si longtemps (mais je suis encore malade) avant de me rendre au marché.  Je me réjouis de l'écrire : "En fin de compte les CRS sont bien dans leur cœur de métier, et mes collègues aujourd'hui ne peuvent que se satisfaire d'être quelque part recentré sur ce coeur de métier du maintien/rétablissement de l'ordre. Donc Il n'y a pas de souffrance au travail dans ce domaine bien au contraire". Ça c'est un message qui "impacte". De nos jours, donc, chez les képis on n'a pas que des crétins décérébrés, on a des gars qui touchent leur bille en communication, des gusses qui ont fait des formations qui maitrisent le langage entrepreneurial qui, on peut l'imaginer, en connaissent un rayon sur la négociation raisonnée, qui, dans le cadre d'une résolution de conflit, sont peut-être capables de prioriser une attitude assertive, base d'une relation win-win , des cadors aptes à développer leur flexibilité dans les cinq styles (analytique, intuitif, factuel, normatif, relationnel) et qui n'ignorent rien de ce précieux outil que constitue la matrice des objectifs. Une parfaite connaissance de la pyramide de Maslow leur permet de personnaliser leurs arguments en les reliant aux motivations de l'interlocuteur. La maîtrise du questionnement n'a plus de secret pour eux et ils savent s'abstraire de leur cadre de référence pour mieux se concentrer sur les besoins de l'autre. Nos flics ont à leur tête mais aussi dans leurs syndicats de vrais managers capables d'identifier et de combiner ces trois éléments indispensables à une parfaite application de la dynamique des compétences que sont le savoir, le savoir-faire et le savoir être. Aaah que ne suis-je plus jeune... Je crois que c'est avec enthousiasme sans borne et une joie proche du délire que je me tournerais vers ce beau métier de policier où l'on privilégie désormais le contact et la convivialité au service du développement citoyen.

vendredi 3 mai 2013

Happy hours


Voilà,
je ne fais que passer. Une silhouette indistincte aperçue près d'un bouquet de couleur
suffit pour un temps à rendre les heures de la nuit moins pesantes.
C'est toujours ça

jeudi 2 mai 2013

Bureaux

CNIT La Défense
Voilà, 
encore une représentation de la solitude contemporaine  ou de la résignation. En fait je m'aperçois que j'ai déjà plus ou moins réalisé la même photo dans différents contextes. En Bohème il y a longtemps, à New-York dans le Lower East Side, à Paris près de Beaubourg. Oui j'aime bien les morceaux de corps qui apparaissent... Quant à moi parfois j'aimerais complètement m'effacer, ne plus exister que par les images glanées ici ou là. 

mercredi 1 mai 2013

Le danseur


Voilà,
celui-là je n'en connais pas l'auteur, mais il m'a bien plu. J'y ai vu un danseur avec un visage lunaire faisant un entrechat. Il était punaisé sur un des murs du cabinet médical et le docteur, m'a autorisé à le photographier. C'est étonnant comme on peut, en si peu de traits, faire apparaître un visage émouvant et une silhouette gracieuse. Il me semble que souvent l'enfance de l'art est aussi son essence même.