mercredi 9 octobre 2019

Passager de la nuit


Voilà,
"Il m'est arrivé à plusieurs reprises, au cours de ma vie accablée par les circonstances, de vouloir me libérer de certaines d'entre elles, et de me retrouver assiégé par d'autres circonstances du même ordre, comme s'il existait définitivement une inimitié à mon égard dans la trame incertaine des choses. J'arrache de mon cou une main qui m'étouffe. Je vois alors que ma propre main, qui vient d'arracher l'autre, a fait tomber une corde autour de mon cou dans le geste même qui me libérait. J'écarte la corde prudemment, et c'est de mes propres mains que j'en viens presque à m'étrangler."  Je me suis replongé depuis peu dans la lecture du Livre de l'Intranquillité, récemment rebaptisé " Livre de l'Inquiétude" — mais je m'en tiens cependant toujours à cette première traduction, sans doute parce que c'est sous ce titre que j'ai découvert cette œuvre, et que c'est toujours cette même version que je consulte — et plus encore qu'autrefois certaines pages m'évoquent Kafka, sans doute à cause de leur proximité commune avec l'univers nocturne et celui des rêves. "Si loin que je m'enfonce en moi-même, tous les sentiers du rêve me ramènent aux clairières de l'angoisse" pourrait, comme le passage précédemment cité avoir été écrit par l'auteur de "La Métamorphose". Oui tous deux sont vraiment des passagers de la nuit, comme cet homme solitaire aperçu au cœur d'une nuit qui n'était ni de Prague ni de Lisbonne. (shared with the weekend in black and white)

13 commentaires:

  1. Bellissima fotografia notturna e ottimo accostamento tra Letteratura e Fotografia.

    RépondreSupprimer
  2. Intranquillité plutôt qu'inquiétude. Sans doute est-ce une sorte d'ayatollah de la pensée qui a rebaptisé le livre de Pessoa, au prétexte que le premier terme n'existait pas. Et alors ? Il n'est pas interdit d'inventer de nouveaux mots. Et, d'ailleurs, c'est fait. Et ma librairie, ici, s'appelle l'Intranquille. Rapport à Pessoa, bien sûr. Et Pessoa était vraiment cet écrivain intranquille, qui a eu besoin de s'inventer divers pseudonymes, des hétéronymes donc, pour exprimer toutes les pensées qui l'assaillaient.
    Quoi qu'il en soit, la photo, ta photo, est de celles qui me touchent, sans doute parce qu'elle me travaille et que j'y reconnais une part de moi-même. Une part qui n'est pas forcément la plus sombre.
    Désormais sur "https://pixeluz2.wordpress.com/" pour la suite en noir et blanc, de préférence, de mes tourments.

    RépondreSupprimer
  3. Comme un lien évident entre ta photo et cette intranquillité.
    Un livre que je relirai celui de Pessoa. Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Horor Film In The Making - Dig It

    Cheers

    RépondreSupprimer
  5. Hello,
    a very mystical, but also very beautiful scenery, you succeeded there! I like the photo very much!
    Best, Delia

    RépondreSupprimer
  6. An ancient street with dramatic lighting. Well done, Kwarkito.

    RépondreSupprimer
  7. Haunting image able to evoke so many emotions

    RépondreSupprimer
  8. Such an emotive scene! Excellent image.

    RépondreSupprimer
  9. Brilliant haunting image and text.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir